En 2008, Cyriac était plus populaire que Drogba

PAIROUX,ETIENNE

Page 26

Mardi 10 août 2010

Standard Il a déjà été élu 3e joueur de son pays devant son aîné

Il est petit, vif comme l’éclair et s’élance dans les airs comme s’il rebondissait sur des ressorts. Son nom ? Gohi Bi. Ses prénoms : Cyriac et Zoro. « Mais je veux qu’on m’appelle Cyriac. » Zoro, c’est trop lourd à porter. Car l’attaquant ivoirien n’est pas là pour sauver le monde. Juste pour apprendre son métier. « Et progresser », avouera timidement celui qui sourit en pensant à ses… neuf frères et trois sœurs, tous plus âgés que le seul footballeur de la famille.

Il y aura vingt ans, le 15 août, que Cyriac est né d’un père charpentier et d’une mère se prénommant… Marie. On comprend mieux, dès lors, qu’il soit croyant au point de s’être fait tatouer une croix sur le bras. Mais pas au point de tout le temps faire référence à Dieu. Un Dieu qu’il a aussi rencontré dans le vestiaire liégeois. Mais c’était un autre, un certain Mbokani qui l’a pris sous son aile quand Cyriac a débarqué dans le froid européen, lors de l’hiver 2009.

« Un ballon restant un ballon, c’est à la vie européenne que j’ai eu le plus de mal à m’adapter. Surtout au climat », souligne l’enfant de Daloa qui suivit toute la famille à Abidjan à l’âge de 3 ans. Pour rapidement attraper le virus du football.

« J’ai commencé comme attaquant, se souvient-il. Comme je voulais intégrer l’Académie de l’Asec Mimosas, je suis cependant entré comme arrière droit car il y avait pléthore d’attaquants. Mais les entraîneurs ont vu que j’avais d’autres qualités. Et ils m’ont repositionné devant. »

Troisième joueur ivoirien en 2008

Lors de sa première saison comme professionnel, il devient même meilleur buteur du championnat de Côte d’Ivoire avec 21 buts (dont deux quadruplés) en 23 matchs. Lors d’un référendum auprès de vingt organes de presse pour élire le meilleur joueur ivoirien 2008, il remporte 75 points. Il termine troisième derrière Bakari Koné (159) et Yaya Touré (79) mais devant Didier Drogba seulement sixième ! Autant de références qui auraient dû l’envoyer à Charlton, un club qui a pris la relève de Beveren dans la collaboration avec l’Asec Mimosas. Mais la transaction capote pour un problème de permis de travail. Pour le plus grand bonheur du club liégeois.

En novembre 2008, lors d’une visite à Sol Béni, le centre d’entraînement de l’Asec, Dominique D’Onofrio le repère à l’entraînement et lors de deux matchs. Désireux de rejoindre au plus vite l’Europe, Cyriac s’engage pour quatre ans et demi avec le Standard, en janvier 2009, malgré un intérêt de clubs français comme Lille ou Nancy.

C’est le temps de l’intégration, de l’apprentissage, mais aussi des souffrances. Les blessures retardent l’éclosion de l’Ivoirien qui est même opéré d’une pubalgie. Aujourd’hui, celui qui a fait tourner Camacho en bourrique vendredi soir, souhaite voir sa période noire révolue.

« J’espère ne pas être freiné par une blessure cette saison, prie Cyriac. Même si je n’ai jamais douté depuis mon arrivée en Belgique, je me suis parfois remis en question. Pour progresser, je sais que je dois être en bonne santé tout le temps. Maintenant, je n’ai jamais été titulaire qu’une fois cette saison. Et ce n’est pas après une seule bonne rencontre que je vais m’emballer ou tirer des plans sur la comète. Cela dit, je veux continuer sur cette lancée. Même si je n’ai pas marqué au Lierse, je suis satisfait de cette rencontre car le plus important n’est pas d’inscrire des buts mais d’apporter un plus à l’équipe. »

Ce qu’il a fait vendredi en provoquant deux fautes, mais aussi contre Zulte en étant l’auteur de l’assist sur l’égalisation de Defour. Ce qui n’empêche pas Cyriac de bien garder les pieds sur terre. Il doit encore progresser, en endurance notamment. Il doit aussi faire preuve de régularité s’il entend devenir un titulaire incontestable dans la phalange liégeoise. Ce qui passe par le sérieux dont il témoigne à l’entraînement. Puis, il l’espère, le temps fera son œuvre.

carte d’identité

Nom : Gohi Bi.

Prénoms : Zoro Cyriac

Naissance : le 15 août 1990 à Daloa.

Nationalité : Ivoirienne.

Clubs : Fusion Koumassi (1999-2004), Asec Mimosas (2004-janvier 2009), Standard (depuis janvier 2009).

Contrat : Jusqu’en juin 2013.

Titre : Meilleur buteur du championnat de Côte d’Ivoire 2008.