ESNEUX

n.c.

Page 20

Mercredi 30 octobre 1996

ESNEUX

Chasse...

Préférant laisser les bois à la disposition des citoyens en quête de quiétude et ayant décidé de ne plus louer le droit de chasse dans les bois communaux depuis six ans, la commune se trouve en situation délicate. Ce sont les compagnies d'assurance qui viennent de réussir à rendre la chasse... obligatoire. En effet, ces dernières ne veulent plus couvrir les frais inhérents aux dégâts provoqués par le gibier si la commune n'organise pas au moins une chasse par an. D'où la volonté du conseil communal de concéder un droit de chasse durant une période limitée avec un objectif ciblé : cinq chevreuils et des sangliers.

... obligatoire

On voulait confier cette chasse à quelques personnes dont on connait le respect de la nature mais la Région wallonne ne veut pas, a expliqué la bourgmestre J. Levêque. Nous sommes donc obligés de la mettre en adjudication avec un cahier des charges très précis. Il s'agira exclusivement d'une chasse à l'affût (ou depuis un mirador) qui devra se dérouler en semaine et au petit matin. Dans les appréciations diverses des conseillers des différents partis, on peut noter une demande Ecolo (effectuer un comptage scientifique du gibier) et une question, essentielle, laissée sans réponse précise : à combien se chiffrent les dégâts annuels indemnisés ?

GR ACE-HOLLOGNE

Taxe

d'embarquement

Le comité de direction de la SAB dit avoir pris connaissance avec stupéfaction de la décision de la commune de prélever une taxe de 100 F sur chaque passager embarquant à l'aéroport de Liège. Il s'en ouvre dans un courrier au gouverneur de la province, Paul Bolland, auquel il demande de tout mettre en oeuvre pour la faire abroger.

FLÉMALLE-HAUTE

fragances

et flacons

L'association Fragances et Flacons organise, dimanche, de 9 à 17 heures, au centre culturel des Haultes Trixhes, une bourse internationale d'échange de flacons et de pin's.(04/233 34 69)

MALMEDY

Utammo sur le fil

Les 143 travailleurs de la tannerie Utammo International ont manifesté mardi. Sans direction depuis août - conséquence d'une querelle d'administrateurs -, la société est exsangue ce qui l'empêche d'honorer les commandes en carnet (rempli à 85 % jusqu'à Noël). Deux réviseurs, désignés le mois dernier, ont rendu leur rapport au tribunal de commerce. Utammo devrait en principe cesser ses activités ce jeudi. Faillite ?