Etats-Unis - ABC diffuse le récit recueilli à huis clos La déposition de la victime de Michael Jackson

METDEPENNINGEN,MARC

Page 6

Samedi 15 janvier 2005

Etats-Unis - ABC diffuse le récit recueilli à huis clos

La déposition de la victime de Michael Jackson

MARC METDEPENNINGEN

La diffusion, jeudi soir, par la chaîne de télévision américaine ABC du témoignage de l'adolescent qui accuse Michael Jackson de lui avoir infligé des sévices sexuels met à mal la défense de la pop star dont le procès doit s'ouvrir le 31 janvier devant le tribunal de Santa Maria (Californie).

Cet adolescent, âgé de 12 ans au moment des faits reprochés à Michael Jackson, avait déposé en avril dernier devant un grand jury qui, au terme de 14 jours de débats, avait décidé de renvoyer « Bambi » devant le tribunal sous 10 chefs d'inculpation. Les 1.900 pages de ces auditions (incluant celles d'autres témoins) étaient frappées d'une interdiction de diffusion par la justice avant la tenue du procès pénal.

Dans son témoignage, le jeune garçon, alors atteint d'un cancer qui l'avait privé d'un rein, répond aux questions du procureur.

On était allongés sur le lit, explique-t-il. Il m'a dit que les hommes devaient se masturber. Il m'a dit qu'il voulait m'apprendre.

Le procureur : Avez-vous parlé ultérieurement avec M. Jackson de ce qui s'était passé ?

La victime : Non.

- Est-ce qu'il vous parlait lorsqu'il vous masturbait.

- Non.

- OK. Je vais maintenant vous poser une question très délicate. Est-ce que vous avez-vous vous-même touché M. Jackson ?

- Non. Il le voulait, mais j'ai dit non (...).

La jeune victime affirme aussi dans sa déposition que Michael Jackson lui aurait proposé de l'alcool. J'ai refusé, parce que je n'avais qu'un seul rein, a répondu l'adolescent.

Ce témoignage permet aussi au jeune garçon de décrire avec précision la chambre de la vedette. Il y avait une cloche, des détecteurs électroniques et sept serrures à la porte.

Le témoignage du frère de la jeune victime, lui aussi diffusé par ABC, affirme que Michael Jackson se promenait nu devant les enfants et tenait, en leur présence, des conversations téléphoniques à caractère sexuel.

L'avocat principal de Michael Jackson, Thomas Mesereau a dénoncé cette fuite, rappelant que lors de la procédure (d'inculpation) devant le grand jury, les témoins ne pouvaient être soumis à un contre-interrogatoire.

La défense de la star devrait sans doute exploiter ces révélations pour réaffirmer que le procès Jackson ne peut avoir lieu en raison de sa médiatisation. Celle du témoignage de la victime avant le procès risque de compliquer la tâche du tribunal.

Par ailleurs le réalisateur britannique du film « Living with Michael Jackson », Martin Bashir, sera convoqué comme témoin. Son documentaire, dans lequel « Bambi » admettait avoir « dormi » avec de jeunes garçons avait été en1993 à l'origine des ennuis judiciaires de Jackson.

Le procès, qui devrait durer trois mois, ne sera pas diffusé à la télévision. Pour contrer l'interdit du tribunal, le réseau britannique BSkyB, qui diffuse ses programmes aux quatre coins du monde, a prévu de programmer chaque jour une demi-heure d'un « best of » de l'audience du jour. Les moments forts du procès seront ainsi joués, cinq jours par semaine, par des acteurs.·