ETIENNE SCHOUPPE ESPERE ACCELERER LA GRANDE VITESSE TGV : IL FAUT PLUS D'ARGENT PUBLIC

BELGA

Page 3

Samedi 25 février 1995

Etienne Schouppe espère accélérer la grande vitesse

TGV: il faut plus d'argent public...

Les investissements de la SNCB en matière de TGV n'ont rien à voir avec une perspective de réduction du trafic intérieur, bien au contraire, déclarait, vendredi, l'administrateur délégué de la SNCB, Étienne Schouppe. Parmi ses arguments, la France, l'Allemagne et l'Espagne où les lignes TGV ont agi comme un catalyseur et ont suscité un trafic intérieur accru. Pour le patron du rail belge, une même évolution sera constatée en Belgique.

Étienne Schouppe n'esquive pas le débat sur le financement du TGV. S'appuyant sur le fait que les pouvoirs publics belges prennent bien en charge les infrastructures routières et fluviales - matières régionalisées... -, il plaide pour une intervention accrue d'au moins 50 % de l'État dans les investissements liés aux TGV. À l'heure où de plus en plus de voix s'élèvent, en Flandre, pour réclamer la régionalisation des infrastructures de la SNCB, la comparaison avec les routes et les voies fluviales peut sembler (d)étonnante.

Étienne Schouppe considère que si les investissements TGV étaient pris en charge par l'État, la SNCB connaîtrait une santé florissante.

Quant à savoir si des TGV pourraient dépasser Bruxelles vers Liège ou Amsterdam dès 1996 comme l'annonçait, vendredi, «La Libre Belgique», M. Schouppe reconnaît qu'une note existe à la SNCB. Pour y arriver, des investissements dépassant la centaine de millions seraient nécessaires. Il n'y aurait pas d'incompatibilité technique, mais plutôt un manque de matériel roulant disponible, soulignait, pour sa part, le patron de l'exploitation à la SNCB, Antoine Martens.

Les rames utilisées par la SNCB pour les relations TGV Paris-Bruxelles sont des rames louées à la SNCF. Rien ne garantit que la SNCB puisse en louer davantage pour réaliser cette extension des lignes de TGV... qui circuleraient, de toute façon sur les lignes classiques. (D'après Belga)