Fernelmont et Héron : Henry retire son permis

SCHARES,LUC

Page 18

Mardi 17 janvier 2012

Eoliennes

Décidément, ce dossier n’en est plus à un rebondissement près. Et l’impression générale reste celle d’un véritable cafouillage. Le projet de parc éolien le long de l’autoroute à Héron et Fernelmont, juste à ses frontières avec Petit-Waret (Andenne), a déjà tout connu, et ce n’est visiblement pas fini.

Après une révision à la baisse du nombre d’éoliennes, des recours au Conseil d’État introduits par des riverains ainsi que par les communes d’Andenne et de Héron, une décision de cette même instance qui cassait le premier permis, le ministre de tutelle Philippe Henry (Écolo) annonçait (Le Soir du 10 janvier) qu’il accordait un nouveau permis pour les six éoliennes restantes, en tenant compte des remarques du Conseil d’État. Mais voilà, une semaine plus tard, il… retire ce permis dont l’encre avait à peine séché.

Pourquoi cette décision ? Visiblement, une bourde de l’administration qui n’a pas réagi dans les délais. « La décision du ministre n’a pas été notifiée par l’administration avant l’échéance définie par le décret, le permis ne peut donc être mis en œuvre, commente Pierre Castelain, porte-parole de Philippe Henry. Afin d’éviter aux riverains, autorités communales et régionales et promoteurs, des dépenses inutiles dans des recours, le permis a été retiré. » Que va-t-il se passer désormais ? « Le promoteur n’a pas d’autre choix que de réintroduire une nouvelle demande de permis, avec toute sa procédure. » On reprend donc tout depuis le début.

Bref, une perte de temps importante, d’autant qu’on parle d’un nouveau cadre éolien qui pourrait changer la donne, et aussi que la partie est loin d’être gagnée d’avance. Héron et Andenne restent très remontées contre le projet.