Festival Gare aux Renc'arts de la FAR Mettez le nez dehors, l'union fait la farce PROGRAMME Trois jours de Renc'arts

ANCION,LAURENT

Page 28

Vendredi 5 octobre 2001

Festival Gare aux Renc'arts de la FAR Mettez le nez dehors, l'union fait la farce

La Fédération des artistes de rue (la FAR) sort du bois: près de 50 troupes vous fixent Renc'arts sur l'herbe de la Roseraie, dès ce soir et jusqu'à dimanche.

LAURENT ANCION

Certains galopent sur des câbles tendus dans les airs, d'autres domptent des puces microscopiques. On en voit même qui courent en slip, réchauffés par un tiers qui crache le feu, tandis qu'un duo tente de ramener à la vie quelques poissons morts... Ce n'est sûrement pas l'imagination qui manque au théâtre de rue. Avec ses 61 spectacles et ses trois jours de programmation, la bourdonnante première édition des Renc'arts devrait le rappeler, à la Roseraie.

Un festival de plus? Pas tout à fait. Si le public semble en effet en redemander, gonflant chaque année les foules du festival de Chassepierre ou de Namur en Mai, le but n'est pas de lui offrir à Uccle une soupape nouvelle. Dans les coulisses des Renc'arts, on trouve les artistes eux-mêmes, désireux de se forger un espace de liberté. Qu'est-ce que ça change pour le public? Rien, puisqu'il est bien sûr l'invité d'honneur du festival! La preuve: l'entrée est gratuite. C'est la sortie qui est payante. Les artistes passeront le chapeau. Satisfait ou...

Voilà déjà deux ans que les artistes de chez nous, rassemblés par leur métier de la rue, oeuvrent à cette entreprise commune. Le déclic fut le décret promulgué en 1999 par la Communauté française, qui reconnaissait officiellement l'existence spécifique des arts du cirque, des arts de la rue et des arts forains. Nous avons voulu créer une fédération d'artistes qui se positionne comme interlocuteur privilégié par rapport à la Communauté française , raconte aujourd'hui Eddy Krzeptowski, routard des tréteaux. Nous ne voulions pas que le décret profite à deux ou trois, mais à tous les artistes.

Au début de l'an 2000, une fédération est née: la FAR (Fédération des artistes de rue). Elle rassemble des artistes, pas des compagnies , insiste Eddy, parce que nous voulons que toutes les troupes, petites ou grosses, aient la même représentativité. Aujourd'hui, la FAR rassemble une soixantaine d'artistes, donc environ 80 pour cent des compagnies qui travaillent chez nous.

Une fédération pour porter des doléances collectives? Non, la FAR veut d'abord produire des choses concrètes: On a d'abord travaillé à mieux se connaître entre nous, à se parler et à être en contact permanent, explique le comédien et chanteur Bernard Massuir. Première réalisation: le «Can'art de la FAR», périodique d'information, de ragots rigolos et de fécondes réflexions. Nous voulions aussi imaginer un festival qui nous rassemble tous, sans sélection, pour nous présenter aux programmateurs et au public , poursuit Bernard. A la Roseraie, cette deuxième réalisation a fait pousser les chapiteaux comme des champignons: ce seront les Renc'arts, première carte de visite publique des fêlés de la FAR. Un festival qui se veut biennal, itinérant et, bien sûr, exposé à toutes les surprises du genre.

PROGRAMME Trois jours de Renc'arts

Vendredi 5. Dès 18 heures, l'esplanade de la Roseraie propose une vingtaine de spectacles sous trois chapiteaux, un préau, un auvent et un soleil radieux - rêvons un peu. Au menu: les poissons d'Une compagnie, le roi de la frite du Tof Théâtre, les frères siamois d'Orion, les Balladins de nulle part...

Samedi 6. C'est le week-end, on démarre tôt, on finit tard. De 11 à 23 heures, trente-trois spectacles battent le pavé. On croise Don Quichotte avec la compagnie Pour Rire, la bête de foire du Théâtre Tu, le cortège musical de Don Fiasco, les Noctiluques de la compagnie d'Outre-Rue, le Racagnac des Frères Taquin,... En supplément, à midi, Mister Jones dévoile tous ses trucs en colloque.

Dimanche 7. Dès 11 heures, les Pingouins quotidiens dévoilent «La fameuse foire foireuse», le Chibraptan part en «Epopée», la compagnie de la Sonnette nous fait «Le coup du siècle», les Tortues Enragées nous fourrent dans leur «Bric-à-brac»,... Tout cela mérite réflexion: à 14 heures, Jean Florence livre en conférence son «Point de vue sur l'artiste de rue».

En pratique. Les Renc'arts ont lieu à la Roseraie, 1299, chaussée d'Alsemberg, 1180 Bruxelles. Tél.: 02-376.46.45. Sur le Net: www.roseraie.org.