Festivals d’été, mode d’emploi

MANCHE,PHILIPPE; COLJON,THIERRY; PETIT,CEDRIC

Page 39

Jeudi 23 juin 2011

Musique C’est le temps des grands concerts de plein air

Le succès des festivals d’été de plein air, dans les parcs, en ville ou dans les champs, n’est pas près de se démentir. Jusqu’en septembre, ils seront une fois de plus des centaines de milliers à rallier en train, en voiture ou à vélo, ces manifestations musicales organisées un peu partout dans nos trois régions.

On l’a encore vu avec le Taratata de la place des Palais à Bruxelles, la télé ne remplacera jamais l’ambiance d’un festival. Il s’agit d’ailleurs moins de retrouver la qualité sonore de concerts en salle que de se retrouver en bande, entre amis ou en famille, pour passer du bon temps. Le succès des campings prouve également que le festival ressemble de plus en plus à un séminaire de l’amitié, voire de l’amour.

La musique garde son importance bien sûr. Mais n’est-ce pas là un prétexte sympa pour, prioritairement, se retrouver ensemble. Les examens sont terminés. Il s’agit avant tout de se retrouver loin des contrôles parentaux.

Pluie ou soleil ?

Quelques conseils et suggestions s’imposent. Si le temps est à la pluie, ne pas oublier les bottes, un pull, des chaussettes de rechange, une toile cirée. Vous verrez, on ne vous le souhaite pas parce que c’est pénible mais vous allez claquer des dents à la nuit tombée si vous n’êtes pas équipés. Par contre, si c’est la canicule, la crème solaire est in-dis-pen-sable. Recouvrez-vous régulièrement les parties exposées, pensez à vos lunettes de soleil, au bikini ou maillot de bain et, au choix, à une casquette, un bob ou un chapeau de paille. Et puis, buvez, régulièrement. Et plutôt de l’eau que de la bière. Soyez sages, quoi.

Propice aux rencontres et aux premiers (gros) câlins, on ne peut que recommander aux tourtereaux en herbe l’usage du préservatif distribué sur le site par des associations chargées de combattre le sida. Pour faire court, la capote est aussi essentielle que les boules Quies. En termes de décibels, aucune législation particulière n’est mise en place pour protéger les premiers rangs se trouvant à quelques mètres des murs d’enceintes censées atteindre la foule au fond de la prairie. L’ouïe, c’est pas comme la queue d’un crocodile : elle ne repousse pas quand on la perd.

Les filles penseront à ne pas oublier un miroir pour se pomponner au petit matin ou pour se refaire une beauté en cours de journée. Voire un coup de déo histoire de se rafraîchir. Certains festivals acceptent l’entrée de victuailles et de boissons sur le site mais ils sont de plus en plus rares. Histoire de stimuler le commerce. Des distributeurs d’argent liquide sont d’ailleurs prévus dans la plupart des cas. Tout comme des bornes de recharge de GSM. Encore faut-il ne pas oublier son chargeur. Et un Bob au volant pour les plus festifs…

LES CHOIX de nos journalistes

JULIEN BROQUET Gablé.

Excitante, la pop des Français de Gablé, fils spirituels de Beck et du Beta Band. 9/7, Les Ardentes.

Odd Future.

Rappeurs terroristes, textes et clips violents, beats malsains. 30/6, Werchter ; 20/8, Pukkelpop.

Kurt Vile & The Violators.

Kurt Vile, c’est l’Amérique qu’on aime. De Dylan au Velvet. 18/8, Pukkelpop.

Flying Lotus with Richard Spaven & Dorian Concept.

Figure de proue du LA beat, Flying Lotus est le neveu d’Alice Coltrane. 16/7, Dour.

Portishead.

Histoire de nous faire patienter jusqu’à la sortie du quatrième album. 2/7, Werchter.

THIERRY COLJON Keren Ann.

Première belge de son nouveau spectacle. 21/7, Francofolies de Spa.

Daan.

Parce que c’est le plus fort et le plus beau des chanteurs ! 8/7, LaSemo ; 20/7, Francofolies de Spa.

Prince.

Après Werchter et Anvers : jamais on ne s’en lassera. 5 et 6/6, place Saint-Pierre à Gand.

Sergent Garcia

. Parce que son dernier album est vraiment son meilleur. 25/6, Couleur Café.

Eminem.

Car c’est Eminem et ça ne se discute pas ! 19/8, Pukkelpop.

PHILIPPE MANCHE Mavis Staples

. Dernière grande chanteuse soul en activité avec un album, produit par Wilco, qui est un must. 9/7, Gent Jazz.

Manu Chao.

Absent des scènes belges depuis quatre ans, cette unique date chez nous est un événement.

3/7, Olt Rivierenhof à Anvers.

Bryan Ferry.

Parce que le crooner a une voix de velours et une classe folle. 8/7, Cactus à Bruges.

Pulp.

Les mélodies irrésistibles et sophistiquées de Jarvis et les siens nous manquaient furieusement. 15/7, Dour.

Sharon Jones & The Dap-Kings.

Figure de lance du label Daptone, la soul woman prend littéralement feu sur scène. 5/8, Esperanzah ; 6/8, Lokerse Feesten.

DIDIER STIERS Connan Mockasin.

Parce que c’est le garçon pop dont on a le plus dit du bien, ces derniers mois. 7/7, Les Ardentes.

Laurent Garnier.

Déjà aux Nuits Botanique, ce pionnier réinvente l’irrésistible formule à faire danser. 14/7, Dour.

Nicolas Jaar.

Il détourne la house à sa façon, calme et voluptueuse, un brin savante. 18/7, 10 Days Off.

Ema. L’Américano-Scandinave a été bouleversée par Laurie Anderson et Meredith Monk. 17/9, Leffingeleuren.

Channel Zero.

Après 13 ans de pause, ces Belges font toujours parler la poudre. 9/7, Rock Zottegem ; 14/7, Dour ; 31/7, Lokerse Feesten.

DIDIER ZACHARIE Primal Scream.

Les Écossais viennent enfin jouer chez nous le Screamadelica de 20 ans. 29/7, Lokerse Feesten.

Swans.

Le groupe reformé de Michael Gira est une vraie machine à voir live et c’est gratuit ! 16/7, Herk Rock Festival.

Kasabian.

Seule date belge de l’été, prélude à un nouvel album à sortir à la rentrée. 3/7, Werchter.

Neurosis.

Rare chez nous, les Californiens ont développé une sorte de post-metal psyché sombre. 15/7, Dour.

Grinderman.

Parce que Nick Cave est une bête de scène et qu’avec Grinderman, cet état est décuplé. 3/7, Werchter.

Cinq de nos lecteurs twitteront pour lesoir.be

Selon une information publiée en début de semaine, Apple aurait déposé un brevet pour une technologie qui bloquerait le mode vidéo de ses célèbres smartphones pendant les concerts et les spectacles. Objectif : limiter la diffusion sauvage de vidéos de concerts sur les sites de partage vidéo comme YouTube.

On n’en est pas encore là. Et cet été, les festivaliers auront encore toute latitude pour capter leurs meilleurs moments des concerts des événements de l’été. Que ce soit en vidéo, en photos, ou par des tweets envoyés depuis leur smartphone.

Ils seront d’ailleurs cinq, dans quatre festivals, à le faire exclusivement pour www.lesoir.be, et à notre demande. Désignés via un concours lancé début juin sur Frontstage, notre blog musical, les cinq amateurs de concerts s’offrent, en juillet, une orgie de festivals et enchaîneront Rock Werchter, Dour, les Ardentes et les Francofolies. Soit entre le 30 juin et le 24 juillet, pas moins de 17 journées complètes de musique.

Dix-sept journées et une grosse centaine de concerts à vivre en direct sur le site du Soir, puisque, outre nos chroniqueurs et photographes « maison », nous réserverons une large place à l’information en provenance des réseaux sociaux.

Le constat est évident : les utilisateurs de Twitter et des réseaux sociaux en général ont souvent une longueur d’avance en terme de rapidité sur le relais d’informations. En temps réel, on les voit partager état d’âmes, photos, vidéos,... Autant d’éléments qui viendront s’ajouter, en parfaite complémentarité avec le travail journalistique de chroniques de l’équipe du Soir, très présente en festivals depuis plusieurs années.

Aux journalistes du Soir la mission de relater et faire le tri dans l’info, aux twittos de fournir la matière première, en brut, de la vie en festivals.

Quatre organisateurs ont accepté de s’associer au Soir dans cette démarche novatrice : Rock Werchter, les Ardentes, Dour et les Francofolies, qui ouvriront grand leurs portes à nos relais d’information. Werchter, dès la semaine prochaine, accueillera en outre le « 15 de Werchter » (@15dewerchter) , un groupe de 15 festivaliers, qui nous avait déjà, en 2010, fait vivre le rendez-vous de l’intérieur.

Les festivals, c’est sur http ://festivals.lesoir.be