Fin d’enquête publique agitée pour le projet éolien de Florée

SCHARES,LUC

Page 19

Mardi 16 mars 2010

Assesse-Gesves Une pétition de quatre mille signatures

Les opposants au projet éolien défendu par la société Alternative Green, à Florée en terre assessoise, ont de la suite dans les idées. Ce lundi, jour qui coïncidait avec la date de clôture de l’enquête publique, ils étaient à l’administration communale de… Gesves où ils rencontraient le bourgmestre José Paulet (MR). Objectif, sensibiliser les autorités voisines à leur cause. C’est que Florée est proche des communes de Gesves et de Hamois. Les réactions sont vives dans les trois communes. Une pétition circule qui aurait recueilli près de 4.000 signatures.

« J’ai reçu une délégation d’habitants de la Petite Gesves qui sont les Gesvois les plus directement concernés, explique le bourgmestre José Paulet. Elle m’a remis une analyse critique du projet, sous la forme d’un document particulièrement fouillé et détaillé. La position du collège de Gesves est inchangée. Comme nous l’avions fait à l’occasion d’autres projets, nous redisons que nous sommes aux côtés des habitants pour défendre les paysages de nos campagnes. Il faut savoir que les CCAT (Commissions communales d’aménagement du territoire, NDLR) de Gesves et d’Assesse ont remis un avis défavorable. Rien qu’à Gesves, nous avons reçu plus de 900 réclamations. On parle aussi d’une pétition de 4.000 signatures pour Assesse, Gesves et Hamois. On bat tous les records. »

Alternative Green est un promoteur éolien basé à Léglise, en province de Luxembourg. Il a déposé une demande de permis d’environnement pour la construction d’un parc de 5 éoliennes aux lieux-dits Grand Champ et Les Tiennes près de Florée, ainsi que d’une cabine électrique de tête. Le sujet est mis à l’ordre du jour du conseil communal assessois du 22 mars.

Comme l’on sait, ce projet est particulier puisque la commune d’Assesse a conclu avec Alternative Green une convention d’indemnisation pour préjudice environnemental, une première en son genre qui a fait couler beaucoup d’encre.

Reste à savoir de quel poids cet accord, particulièrement lucratif pour la commune, pèsera dans les prochains débats du conseil qui s’annoncent chauds.