Fin de la dernière banque publique belge

n.c.

Mercredi 11 juillet 2012

tournai La vente va permettre à la Ville de commencer son désendettement

Le conseil communal de Tournai a voté lundi à l’unanimité la vente de la Caisse d’Epargne de Tournai (CET) au Crédit professionnel du Hainaut (CPH).

La dernière banque publique de Belgique n’est plus, ainsi en ont décidé la commission bancaire puis la Banque Nationale qui ont menacé de retirer son agrément à la Ville. Sans débat, sans consultation des intéressés. Quinze ans après la caisse d’épargne de Nivelles, la CET, 35.000 clients, 150 millions en portefeuille, est privatisée. « Nous avions deux offres de qualité pour la reprise, expliquait mardi matin le bourgmestre Christian Massy (PS), et nous avions trois objectifs : préserver l’intérêt des épargnants, du personnel et de la ville. »

Le CPH est « un bon choix car on choisit la proximité, estime Marie-Christine Marghem, chef de file MR, les Tournaisiens ont souvent eu leur premier compte à la CET, ils y sont très attachés ».

Le CPH est une banque solide : 1,7 milliard d’euros de dépôts, 150.000 clients, 180 millions d’euros de fonds propres. Et quand on demande à Alain Declercq, président du comité de direction, quel est l’intérêt pour sa banque de racheter la CET, il répond sans détour : « Les 150 millions d’euros de dépôts ».

Pour les clients, rien ou presque ne changera. Leur agence sera toujours au beffroi et leur compte rapportera autant. De plus, ils auront désormais accès à la gestion de leur compte en ligne. Quant à la Ville, la vente lui rapportera 19,4 millions d’euros. Elle ne les touchera pas mais aura des ristournes chaque année de la part du Crac (Centre régional d’aide aux communes) pour se désendetter.