Fin mai, les dragons seront à Epinal

VANTROYEN,JEAN-CLAUDE

Page 43

Vendredi 11 mai 2012

Et pas seulement les dragons : elfes, reines, loups-garous, vampires, extraterrestres, agents de l’espace, chevaliers burinés ou jeunes héros fringants seront aussi de la partie dans la ville de l’image où se déroulent, comme depuis 2002, les Imaginales, le festival des mondes imaginaires. Dix ans d’existence et donc 11e festival sur les bords de la Moselle, du 31 mai au 3 juin. Ce salon littéraire des mauvais genres (ceux que la « grande littérature » méprise un peu) est maintenant bien connu, des amateurs de science-fiction, de fantastique, de fantasy comme des auteurs de ces genres. Robin Hobb, grand écrivain de fantasy, n’hésite d’ailleurs pas à lancer : « Quand je pense à la France, je ne pense pas à la tour Eiffel mais aux Imaginales d’Epinal. » Ce clin d’œil est une référence.

Que fait-on à Epinal ? D’abord il y a des livres, ensuite des auteurs, enfin des animations, des conférences, des expositions. Et c’est gratuit. De quoi passer une bonne journée entre dédicaces, conversations et tables rondes, entre interviews publiques de beaux écrivains et discussions autour de l’uchronie, de la fin du monde, des tueurs de la fiction ou des elfes et dragons… Du beau monde, il y en aura : Pierre Bordage, Charlotte Bousquet, Didier Daeninckx (le polar est aussi un mauvais genre), David Anthony Durham, Mercédès Lackey, Naomi Novik, Cassandra O’Donnel, Sire Cédric, Bernard Werber, Jaye Wells (adepte de la mordante « bit-lit », notre photo), Kai Meyer et Muriel Zürcher (lire ci-dessus), Thomas Day, Justine Niogret, Francis Berthelot… Envie de les rencontrer, de leur parler ? Epinal, c’est convivial, et ce n’est pas qu’un slogan.

www.imaginales.fr