Finance - Banksys propose des sites, les banques disposent et refusent souvent Trop peu de distributeurs de billets de banque

SERVATY,PHILIPPE

Page 1;11

Mardi 9 novembre 2004

Finance - Banksys propose des sites, les banques disposent et refusent souvent

Trop peu de distributeurs de billets de banque

PHILIPPE SERVATY

La tendance à la baisse du nombre de distributeurs de billets Bancontact/Mistercash, sensible depuis quatre ans (- 9 % à 1.136) pourrait se poursuivre à l'avenir, au grand dam d'un nombre croissant de particuliers et de commerçants.

Les banques tendent, en effet, à privilégier le développement de leur propre équipement de distributeurs de billets (réservés aux clients à l'intérieur de l'agence) à celui qui profite aussi aux autres en front de rue. Tous les trois mois, la société Banksys, qui gère ce réseau de distributeurs publics, propose bien une liste d'endroits où il serait souhaitable d'en installer un mais les banques du coin restent libres d'y donner suite ou pas. Dans quelle proportion suivent-elles la recommandation de Banksys ? Bonne question. Lundi, cette dernière n'était pas en mesure d'apporter une réponse. Mais elle en promet une dans les jours qui viennent. Il semble, en tout cas, que certains endroits reviennent régulièrement dans la liste, ce qui traduit donc une fin de non-recevoir persistante de la part des institutions bancaires. A Bruxelles, par exemple, le boulevard Anspach attend depuis longtemps qu'une agence bancaire (il n'en manque pas) daigne en installer un supplémentaire.

A Liège, des quartiers oubliés

Nous publions, sous la forme d'une infographie (voir ci-contre), la dernière liste que le comité de marketing de Banksys a dressée pour combler les déficiences de couverture du territoire belge. Près de 60 sites (dont 7 à Bruxelles et 12 en Wallonie) ont été identifiés. Les habitants de ces quartiers, qui regrettent l'absence de distributeurs, seraient bien inspirés d'interpeller le gérant de leur agence à ce propos.

En réalité, le problème concerne surtout les personnes qui ne sont clientes d'aucune banque de la zone qu'elles visitent. Les touristes d'un jour, par exemple. Pour certains commerçants, le manque de distributeurs de cash se traduit alors par un manque à gagner important. Dans la capitale, le problème n'est pas aigu, selon Francine Weerth, de l'Union des classes moyennes (Bruxelles).

En revanche, à Liège, il l'est, nous dit Claudine Massau (UCM-Liège). Dans le quartier d'Outremeuse, il n'y a aucun distributeur. Nous le disons aux banques depuis plusieurs années. Mais elles n'en tiennent aucun compte. Dans le centre-ville, ils sont trop peu nombreux. Lors de longs week-ends, ils sont trop rapidement vidés.·