Fini l’impunité à l’étranger !

LABAKI,MAROUN

Page 8

Vendredi 3 décembre 2010

Sécurité routière

Trop de gens pensent que lorsqu’ils conduisent à l’étranger, plus aucune règle ne s’applique. Si vous êtes ce type de conducteur, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : maintenant, c’est fini, a lancé, jeudi, le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas. Désormais, si vous êtes flashés en infraction, la police de l’Etat dans lequel l’infraction a été commise sera en mesure de vous poursuivre et de vous sanctionner. »

Poussé par son enthousiasme, le responsable européen a été un peu vite en besogne, mais c’est certain : sur les routes de l’Union européenne, l’impunité est en sursis. Les ministres des Transports des Vingt-sept, réunis hier à Bruxelles, ont en effet décidé de faciliter l’échange de données minéralogiques entre leurs pays, pour permettre des poursuites judiciaires transnationales.

La décision est limitée. Il ne s’agit nullement d’harmoniser les infractions ou les sanctions. Mais simplement de faciliter la perception des amendes. Et encore : pour les infractions les plus meurtrières, qui sont à l’origine de 75 % des décès sur les routes : excès de vitesse, conduite en état d’ivresse, non-respect des feux de signalisation, et non-respect du port de la ceinture de sécurité.

Sont cependant également concernés : la conduite sous l’influence de drogues, le non-respect du port du casque par les motards, l’utilisation illégale de la bande d’arrêt d’urgence, et l’usage du téléphone portable au volant.

5 % du trafic, 15 % des excès de vitesse

Le Parlement européen devra à présent se prononcer sur les mesures envisagées, qui prévoient en pratique un réseau d’échanges électroniques de données. L’objectif étant, à ce stade, que les nouvelles dispositions puissent entrer en vigueur en 2013.

Les chiffres de la sécurité routière sont très parlants. Les conducteurs étrangers – ressortissants d’un autre Etat membre de l’Union européenne – représentent 5 % du trafic, mais commettent environ 15 % des excès de vitesse ! En 2009, plus de 35.000 personnes sont mortes sur les routes de l’Union européenne. Pour chaque décès, on estime que quatre personnes sont atteintes de lésions invalidantes permanentes (telles que des lésions cérébrales ou spinales), dix sont gravement blessées et quarante sont victimes de blessures légères. Les conséquences économiques pour la collectivité sont estimées à 130 milliards d’euros par an.