GHELDERODE A CLUJ:PAS FOUS,CES ROUMAINS

DE DECKER,JACQUES

Page 10

Vendredi 19 février 1993

Ghelderode à Cluj: pas fous, ces Roumains!

Ghelderode n'avait plus fait l'objet d'un colloque international depuis le congrès de Gênes, il y a quinze ans. C'est la Roumanie post-révolutionnaire qui a mis l'auteur de «La Ballade du Grand Macabre» à l'honneur, il y a quelques semaines, à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort.

Le Centre d'études des lettres belges de langue française de l'université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, animé par le professeur Rodica Pop, était à la base du projet, qui réunit quelques-uns des meilleurs «ghelderodiens», belges bien sûr (Beyen, Frickx, Otten, Trousson), mais aussi des spécialistes américains (Marie-Rose Logan, David Willinger), polonais, italiens, hongrois et, bien entendu, roumains. Les actes de ces travaux sont annoncés pour l'automne prochain.

Rodica Pop, qui a traduit Jean Muno, Ayguesparse, Marie Gevers et est attelée à une version roumaine de l'«OEdipe sur la route» d'Henry Bauchau, prépare actuellement une manifestation de même ampleur autour de Marguerite Yourcenar (délibérément intégrée à nos lettres françaises) avant d'organiser, en 1994, une rencontre sur le fantastique dans les arts et la littérature belges. Grâce à elle, personne n'osera plus prétendre que Cluj est un toponyme né de l'imagination d'Hergé!

J. D.D.