GOUVERNEMENT : Double nationalité autorisée

BELGA; BOUILLON,PIERRE; GUTIERREZ,RICARDO

Page 4

Samedi 20 mai 2006

n.c.

Brèves (4)!

GOUVERNEMENT
Double nationalité autorisée

Le conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi qui modifie le code de la nationalité et qui met notamment fin à l'interdiction de la double nationalité en droit belge.

Asile : nouvel accueil

Le conseil des Ministres a approuvé un projet de loi relatif à l'accueil des demandeurs d'asile. Ce projet améliore les modalités d'octroi et le contenu de l'aide matérielle. Il fixe des normes claires pour l'accompagnement des demandeurs. Par ailleurs, le Conseil a marqué son accord de principe sur une mesure visant à mettre un terme à l'enfermement des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) dans les centres fermés. (b)

Nouveau directeur pour le contrôle nucléaire

Après la démission du directeur de l'agence fédérale de contrôle nucléaire Jean-Paul Samain, le conseil des ministres a approuvé vendredi la nomination de Willy De Roovere à ce poste. Son mandat de six ans prendra cours le 1er septembre prochain. Dans l'intervalle, Jean-Claude Feijt a été désigné directeur général ad intérim.

Enseignement
Ordinateurs à petit prix

Ministre de la Communauté française en charge de la Fonction publique, Claude Eerdekens (PS) veut permettre aux profs, élèves (ceux de rhéto) et étudiants (soit 320.000 personnes au total) d'acquérir un ordinateur portable à bas prix - de 15 à 20 euros par mois pendant 3 ans. La Communauté paierait le reste. Eerdekens cherche des partenariats avec les fournisseurs d'ordinateurs pour qu'ils participent à l'opération. Le projet sera précisé en septembre et lancé en 2007. (P. Bn.)

CULTES
Bouddhisme en reconnaissance

Président de l'Union bouddhique belge, Frans Goetghebeur confirme l'information livrée, vendredi, par De Standaard : le dossier de reconnaissance officielle du bouddhisme est à l'étude, depuis un peu plus d'un mois, au cabinet de la ministre des cultes, Laurette Onkelinx (PS). Le bouddhisme entend être reconnu comme « religion non-confessionnelle », sur le modèle de la laïcité organisée. La procédure passe par l'élaboration d'un projet de loi qui devra être débattu au Parlement. (R. G.)