Henry Bauchau, 34e Prix du Livre Inter

CAUWE,LUCIE

Page 33

Mardi 3 juin 2008

Littérature

Le livre de Henry Bauchau me semble d’une richesse future et je lui donne ma voix. » On est dimanche soir. L’auteur argentin Alberto Manguel, président du 34e Prix du Livre Inter, départage les romanciers arrivés ex-aequo au troisième tour du scrutin. Henry Bauchau pour Le boulevard périphérique (Actes Sud) et Sorj Chalandon pour Mon traître (Grasset) avaient obtenu douze voix chacun. Lundi matin, le Prix du Livre Inter est officiellement attribué à notre compatriote Henry Bauchau, 95 ans, par un jury composé de 24 auditeurs de France-Inter. Douze femmes et douze hommes, choisis d’après leurs lettres de candidature, qui ont lu dix romans présélectionnés à leur intention.

Les auditeurs de la radio française ont ensuite pu entendre une interview en duplex et en direct du lauréat, resté chez lui à Louveciennes. Qu’il était émouvant d’entendre ce très vieux monsieur répondre aux questions des jurés et du plateau réuni par Vincent Josse pour son émission L’esprit critique.

La voix parfois fatiguée mais nette, Henry Bauchau a parlé en mots forts et en termes clairs. « Ce prix compte beaucoup pour moi, a-t-il notamment dit, parce qu’il y avait d’autres personnes très importantes, que j’admire, qui avaient les mêmes chances. Cela me touche beaucoup dans mon grand âge. Je ne m’attendais plus à attirer l’attention. » La journaliste Eva Bettan, à ses côtés, dit avoir été frappée par son sourire, « sans condescendance, plein de générosité. » « Par bonheur de vivre », lui a confié le lauréat.

On peut réécouter L’esprit critique de lundi depuis le site : www.radiofrance.fr/franceinter/chro/espritcritique