Heureux, les fiancés de la circonscription fédérale

MOUTON,OLIVIER

Page 12

Mercredi 23 novembre 2011

Jan-Emmanuel De Neve et Aude-Line Dulière sont Belges. L’un Flamand, originaire de Gand. L’autre Wallonne, originaire de Namur. Ils sont amoureux, fiancés. Ils vivent à Londres, l’un y enseigne l’économie, l’autre travaille dans un bureau d’architectes. Et tous deux sont exaspérés par l’incessant blocage belgo-belge. Il y a quelques mois, ils ont contacté les différents mouvements citoyens nés pour protester contre cette crise sans fin : Shame, Camping 16, plan B. Ensemble, ils ont décidé de lancer une pétition en ligne pour soutenir la mise en place d’une circonscription fédérale. Nom de code : Be for Democracy.

Trois semaines après son lancement, l’initiative cartonne, littéralement. « Près de seize mille personnes ont signé notre appel, se réjouit Jan-Emmanuel De Neve. Et ce n’est pas fini. Nous allons mener une nouvelle campagne de sensibilisation et réaliser des petits films ludiques pour réexpliquer ce qu’est la circonscription fédérale. L’autre bonne nouvelle, c’est que plus de cent personnes influentes ont également rejoint notre appel. »

On y trouve les noms de l’astronaute Dirk Frimout, Arnoud de Pret Roose de Calesberg (Inbev, Delhaize…), le patron de Carrefour Belgique, l’écrivain David Van Reybrouck (G 1000), le président de la VUB, Roland Duchatelet du Standard. Et des ministres, aussi : la ministre de l’Intérieur Open VLD Annemie Turtelboom, son collègue du Budget Guy Vanhengel, le ministre PS de l’Energie Paul Magnette… Sans oublier le co-président d’Ecolo Jean-Michel Javaux, le sage du SP.A Willy Claes…

« Nous continuerons, nous savons qu’ils sont bien plus nombreux que ça dans les milieux politiques à soutenir l’idée », souligne Jan-Emmanuel De Neve. « Nous remercions déjà tous ceux qui ont signé, enchaîne Aude-Line Dulière. Nous avons besoin de ce soutien. Tous les changements dans les procédures de vote, que ce soit le suffrage universel ou le vote des femmes, sont venus de mobilisations citoyennes comme celle-là ».

Des dizaines de milliers de signatures peuvent encore arriver, disent-ils. « Cette nouvelle crise montre que nous avons besoin de responsables politiques qui dépassent leur parti et leur communauté linguistique pour forger des compromis au fédéral. » L’initiative restera en ligne aussi longtemps qu’il faudra. « L’idée d’une circonscription fédérale doit se trouver au menu d’une commission parlementaire, selon l’accord institutionnel conclu. Nous espérons que son travail sera pris au sérieux. »

www.be4democracy.be