HEURS ET MALHEURS DES FORMATIONS EN PLACE DANS LE NAMUROIS ECHANTILLONNAGE DE COMMUNES

HERMANS,PIERRE; THIRY,BENEDICTE

Page 4

Lundi 10 octobre 1994

Heurs et malheurs des formations

en place dans le Namurois

Des changements significatifs, parfois spectaculaires, apparaissent, dans les majorités ou formations sortantes des 38 communes namuroises: 15 majorités, lundi à l'aube, étaient déjà modifiées!

En résumé, de nouvelles majorités absolues apparaissent à Anhée, Floreffe, Fosses, Hamois, Hastière, Havelange, Jemeppe, Somme-Leuze et Viroinval, renvoyant les équipes sortantes dans l'opposition. Le départ de personnalités a joué, comme prévu, à Mettet et Rochefort: à Mettet, les IC, tout en restant le premier parti, perdent leur majorité absolue. À Rochefort, le PSC, privé d'Amand Dalem est carrément renvoyé dans l'opposition, en accusant une chute de 23 %.

Des changements d'alliance aussi à Ciney, où le PRL a préféré le PS - pourtant en baisse de 4 sièges - au PSC; à Couvin, où le PS a choisi la liste à tendance sociale-chrétienne; à Philippeville où le PRL, qui prend 3 sièges, doit laisser la place à une alliance PS-IC. À Gedinne enfin, l'alliance à trois a fait place à une majorité absolue pour l'équipe du mayeur.

Des majorités absolues se sont maintenues, mais en enregistrant une baisse, à Andenne, Assesse, Gesves, Ohey et Sombreffe. Alliances reconduites également, mais en baisse aussi, à Dinant, Eghezée, Gembloux et Walcourt.

À Florennes, Yvoir, Doische et Sambreville, c'est le statu quo pour l'équipe sortante. On notera par contre la progression des majorités de Onhaye, Profondeville, Vresse et surtout Fernelmont, où le PSC prend 5 sièges supplémentaires!

Et Namur? On y assiste à un recul des partis traditionnels et à l'entrée de l'extrême droite au conseil. La majorité PS et PSC perd quatre sièges et en compte désormais 30 sur 47. Écolo se maintient mais le PRL chute de 3 sièges. Les grands vainqueurs du scrutin sont les Intérêts communaux, formés par les mécontents PRL et PSC, qui décrochent 4 sièges... et le FN, qui prend trois élus.

Anhée

Les Intérêts communaux reviennent au pouvoir avec une majorité plus confortable qu'en 1982. C'est la liste du bourgmestre De Montpellier qui fait les frais de l'opération, le PS se maintenant à deux sièges.

Assesse

La liste du bourgmestre Seutin perd un siège mais conserve la majorité avec 11 sièges. L'opposition se maintient à cinq sièges, tandis qu'Écolo fait son entrée au conseil.

Bièvre

La liste Espoir de Luc Vincent, qui n'avait obtenu qu'un siège en 1988, en décroche quatre et profite donc de la division de la majorité.

Ciney

Grand perdant du scrutin, le PS qui chute de quatre sièges. Ecolo fait son entrée au conseil avec un élu.

Dinant

La liste sociale-chrétienne conserve ses huit sièges, tandis que le PS perd trois sièges et le PRL deux. La liste «Ensemble» décroche cinq sièges.

Eghezée

La liste du bourgmestre perd 1 siège, son partenaire en gagne deux et l'opposition perd un siège. Ecolo entre au conseil.

Fernelmont

Raz-de-marée du PSC: la liste du bourgmestre Jean-Claude Nihoul avait déjà une courte majorité absolue en 1988 mais avait misé sur la prudence en faisant alliance avec le PS. Elle prend cinq sièges supplémentaires.

Floreffe

La perte de sièges au PS et à la liste EPV fait l'affaire de la minorité IC menée par Mme Remy, qui décroche la majorité absolue.

Gesves

Le bourgmestre Willy Leroy devra jouer plus serré: sa majorité absolue ne tient plus qu'à un siège. Les trois nouvelles listes n'ont pas de siège.

Hamois

La multiplication des listes au sein de la majorité sortante de lui a pas été favorable. Elle ne récolte, au total, que 6 sièges, pour 11 à la liste «Ensemble» menée par l'ancien bourgmestre Roland de Beaudignies.

Havelange

La majorité courte bascule et la liste de Florent Delorme, revient au pouvoir avec huit sièges contre sept à l'opposition.

Mettet

Le bourgmestre Wauthy parti, les Intérêts communaux perdent trois sièges et leur majorité absolue, même s'ils restent le premier parti de l'entité.

Rochefort

Le départ d'Amand Dalem a fait mal. Le PSC, au pouvoir depuis la fusion des communes, perd cinq sièges et est renvoyé dans l'opposition, au profit d'une alliance PS-PRL. Grand vainqueur du scrutin, le PRL obtient le mayorat pendant les trois premières années pour François Belot. Un socialiste lui succédera au 1/1/98.

Sambreville

Le PS conserve ses 19 élus. Le PSC et Ecolo ont fait les frais du scrutin: moins trois sièges pour le PSC, tandis qu'Ecolo disparaît du conseil. Le PRL gagne 1 siège et la liste Intérêts communaux, menée par des conseillers PSC dissidents, a trois sièges.

Sombreffe

Le PS perd un siège au profit des Intérêts communaux. Il conserve sa majorité absolue mais avec un seul siège d'écart.

Somme-Leuze

La liste Union communale de Willy Borsus, meilleur score de 1988, prend le pouvoir avec une avance confortable de trois sièges.

Viroinval

La courte majorité absolue à dominance PS est renversée par le PSC de Michel Lebrun, qui sera bourgmestre même s'il n'officie pas tant qu'il est ministre.

Yvoir

Le bourgmestre Ovide Monin maintient sa majorité absolue.

PIERRE HERMANS

et BÉNÉDICTE THIRY