Honnelles/Dour - Polémique Vents contraires sur les éoliennes

SAINTGHISLAIN,VALERY

Page 20

Mardi 1er mars 2005

Honnelles/Dour - Polémique

Vents contraires sur les éoliennes

VALÉRY SAINTGHISLAIN

Dans « Le Soir » du 18 février, nous informions que, sur les conseils du député CDH dourois Carlo Di Antonio, Ventis, le promoteur éolien, acceptait « de laisser tomber » son projet sur Honnelles s'il obtenait la garantie que sa demande de permis pour Dour (initialement refusée par le fonctionnaire délégué de la Région wallonne) recevait l'aval du ministre de tutelle CDH, André Antoine.

Le bourgmestre Ecolo de Honnelles, Bruno Deroubaix, en tant que citoyen et écologiste favorable à l'éolien et aux énergies renouvelables, se dit heurté par le procédé qu'il juge tenir tout à la fois du chantage et de la démagogie. On ne peut soutenir, comme le fait M. Di Antonio, que le projet est bon sur Dour-Quiévrain (NDLR : où Ventis veut implanter 10 mâts) et mauvais pour Honnelles (6 éoliennes). C'est à l'étude d'incidences de le préciser, estime-t-il. Ce qui le chagrine aussi, c'est l'incohérence dont font preuve les partis dans leur position sur l'éolien. A Quiévrain, le PS est contre. A Dour, il est pour. A Honnelles, je ne sais pas. Le CDH est favorable à Dour. Il se tâte sur Honnelles, énumère Bruno Deroubaix. Au moins pour Ecolo, c'est clair : nous sommes favorables à l'énergie éolienne ! Et le mayeur Vert est prêt à en assumer les conséquences électorales, convaincu qu'il est qu'une majorité silencieuse de citoyens, tant à Dour, à Quiévrain qu'à Honnelles, sont pour les parcs éoliens dans leur commune. C'est classique : on n'entend toujours que ceux qui y sont opposés ! Bruno Deroubaix ne peut également s'empêcher de détecter dans ce délicat dossier un

fumet électoraliste, le CDH étant représenté tant du côté du ministre de tutelle que sur les bancs de son opposition. Carlo Di Antonio renverse totalement l'interprétation. Je comprends, dit-il, que des éoliennes à Honnelles puissent constituer pour M. Deroubaix la marque verte, la trace de son passage comme bourgmestre dans sa commune. Le député wallon dourois se revendique même tout aussi favorable que son contradicteur aux éoliennes. Le développement de l'énergie verte est une priorité environnementale à laquelle je souscris totalement, insiste-t-il.

La nuance entre les interlocuteurs tient plutôt dans la localisation. Oui sans hésiter au projet de Dour-Quiévrain : le site choisi ne pose pas de problème majeur et l'intérêt paysager de la zone est relatif. Ce qui n'est à ses yeux nullement le cas des villages de Honnelles, versés dans le périmètre du parc naturel des Hauts-Pays, qui méritent d'être protégés. Bruno Deroubaix ne voit pas d'incompatibilité ; il croit au contraire au tourisme technologique drainé par les éoliennes moins bruyantes qu'un peuplier quand il y a du vent. Et le bourgmestre Ecolo de souligner un brin perfide qu'elles génèrent moins de nuisances qu'un circuit moto. Son regard pointe alors vers Dour et le zoning de Belle-Vue.·