Hôpitaux : accord à la rentrée ?

DRUEZ,NICOLAS

Page 9

Samedi 4 août 2007

Luxembourg Un effort de l’Ifac

Qui prendra la main, à la rentrée, dans l’épineux dossier des hôpitaux luxembourgeois ? Le député provincial aux soins de santé, Jean-Marie Carrier (PS), a le regard tourné vers la Région. « Qu’elle nous dise ce qu’elle attend de nous, afin de ne pas perdre trop de temps. » Un point sera, quoi qu’il en soit, mis en chantier rapidement : l’intercommunale unique. Deux scénarios sont sur la table, celui du groupe de Durbuy et celui des experts. La différence majeure se situe au niveau du maintien ou non du « caractère aigu » de Bastogne.

« C’est d’abord aux partis politiques de s’accorder. Le travail de la Région est fini. Toutes les études ont été faites, note le ministre des Affaires intérieures, Philippe Courard (PS). Je veux qu’on arrête d’imputer la responsabilité des décisions présentes ou futures au PS. Cela suffit ! Les socialistes ne représentent qu’une fraction faible. »

Il estime que les Luxembourgeois ont « beaucoup plus à craindre du futur ministre fédéral de la Santé ». En attendant, il préconise le respect des plans de gestion. « A Arlon et Libramont, les chiffres sont rassurants. Mais je suis un peu déçu de l’Ifac (Marche-Bastogne). Je sais que le deuxième Smur, qui doit être gardé, n’est pas subsidié. Mais son coût annuel est chiffré à 500.000 euros. Or, le déficit de l’intercommunale est supérieur. L’Ifac doit fournir un effort. »

Modernisation

à Marche et Arlon

L’agrandissement et la modernisation des cliniques de Marche et Arlon seront bientôt à la signature du ministre Paul Magnette. « C’est en principe une question de semaines, pour Arlon. Concernant Marche, le délai ne devrait pas être beaucoup plus long, précise Philippe Courard. Ces travaux sont indispensables. »