HUMEUR Bonne soupe et vieilles casseroles

LAPORTE,CHRISTIAN

Page 19

Lundi 20 août 2001

HUMEUR Bonne soupe et vieilles casseroles

Prenez une bonne dose de caméras cachées, ajoutez-y une poignée de bêtisiers un peu oubliés et une pincée de sketchs pas (encore) trop usés... Et voilà de quoi tenir la route et même l'audimat dans le désert télévisuel estival! A l'évidence, c'est toujours dans les vieilles casseroles que l'on fait les meilleures soupes avec des ingrédients traditionnels qui ne déçoivent pas à moins d'être bloqué du côté des zygomatiques. Avec en prime deux présentateurs pas encore très connus qui passent bien la rampe avec des textes de liaison qui ne masquent pas l'essentiel, à savoir les séquences proprement dites.

A la différence de certains duos antérieurs, Mareva Galanter et Bruno Roblès s'en sortent plutôt bien... Sans se prendre la tête à la manière d'un Arthur pour n'en nommer qu'un qui chasse sur les mêmes terres de la mémoire télévisuelle.

Incontestablement, «Le Bestophe» que nous propose depuis le début des vacances TF1 avec la complicité, coucou les revoilou, de Endemol qui ne met pas tous ses oeufs dans le même panier des gros voyeurs, amateurs de poitrines opulentes et de situations para-érotiques - Loana in excelsis! - a de quoi nous prémunir contre la morosité ambiante du retour annoncé de la rentrée de septembre.

Côté caméras cachées, on a puisé généreusement dans les archives de la bande à Béliveau. Avec l'avantage de voir des séquences inédites venues d'outre-Atlantique. Mais c'est aussi l'occasion de revoir quelques très bons moments de «Surprise sur prise». Jackie Sardou, piégée en pleine rue, à Paris, valait à elle seule le déplacement car la dame avait une gouaille qui devient exceptionnelle sur les petits écrans où l'on élime toutes les aspérités.

Le choix des bêtisiers fut tout aussi excellent. Quand des candidats à la présidence de la République française s'emmêlent les pinceaux dans une forêt de micros, ils révèlent leur personnalité profonde. A la force tranquille mitterrandienne succédèrent la fatuité giscardienne et le réalisme agro-corrézien de Chirac mais c'est surtout Rocard qui s'y révéla sous son véritable jour. Alors que des techniciens s'affairaient à réparer la sono, l'ancien président du PSU montra qu'il n'était pas taillé pour l'investiture suprême, devenant même presque méprisant pour les travailleurs en question.

Last but not least, Anne Roumanoff est une bonne sociologue du quotidien. Son sketch sur la difficulté de mettre les enfants au lit était terriblement réaliste. Nous, on s'est couchés heureux d'avoir bien terminé la soirée!

CHRISTIAN LAPORTE