Il faut sauver la prison musée de Tongres

n.c.

Page 16

Mardi 24 juin 2008

Carte blanche

Un collectif de signataires (*)

Faute de subsides, la prison musée de Tongres fermera ses portes en novembre prochain. En lieu et place, les ministres de la Justice et de l’Intérieur prévoient une éventuelle réaffectation de cette prison en vue d’y accueillir près de 35 jeunes délinquants.

Ce choix illustre une politique sans perspectives vis-à-vis de la (jeune) délinquance en Belgique.

Nous demandons que la prison musée de Tongres soit conservée et développée en tant qu’outil d’un réel projet pédagogique de prévention.

C’est la seule prison ouverte au public et qui a accueilli jusqu’à présent près de 200.000 visiteurs. Chaque cellule y est aménagée pour représenter une émotion : le temps qui passe, la frustration, la (l’in)justice. De nombreuses classes et associations ont pu y découvrir les différentes cellules, les douches, la promenade ou la surveillance et comprendre à quoi peut ressembler une vie en prison.

Des ex-détenus y organisent des visites guidées pour des jeunes en difficulté. Avec des résultats remarquables. Une visite à la prison de Tongres vaut bien plus que tous les discours moralisateurs que l’on peut tenir à des jeunes. Ils sont confrontés à la réalité carcérale qui les séduit bien moins que les récits de fiction ou de copains qui « crânent » au sortir d’une expérience d’enfermement.

Si les outils de sensibilisation disparaissent, le nombre de lits nécessaires pour les jeunes délinquants sera toujours insuffisant. Ce n’est pas en remplaçant la prison musée de Tongres par un centre pour jeunes délinquants qu’on désengorgera les prisons pour adultes de demain.

Le cri d’alarme des éducateurs pour multiplier les projets éducatifs et les postes d’éducateurs pour suivre les jeunes en difficulté pendant plusieurs années n’est pas entendu. Or, leur demande est aussi pressante mais bien plus pertinente que la demande de nouvelles prisons. Le 1er mars 2007, la population carcérale belge était de 10.008 détenus pour 8.559 places (612 d’entre eux purgent leur peine sous forme de surveillance électronique). En 10 ans, la population carcérale a augmenté de 32,6 %. 35 % de la population carcérale est en préventive (Justice en chiffres, 2007). Tant qu’il n’y aura pas eu un débat de société, incluant tous les acteurs concernés (éducateurs, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, parents, ainsi que le monde syndical, policier, judiciaire et pénitentiaire), sur le phénomène de l’explosion carcérale, sur les vraies solutions et sur l’application rapide de conclusions pratiques, une extension du parc pénitentiaire n’offrira pas une solution durable au problème du surpeuplement des prisons.

(*) Ivo Aertsen, professor hoofddocent KUL Leuvens Instituut voor Criminologie ; Arantxa Alarcon, travailleuse

(*) Ivo Aertsen, professor hoofddocent KUL Leuvens Instituut voor Criminologie ; Arantxa Alarcon, travailleuse dans le secteur social ; Ginette Bauwens, filosoof, voorzitster Aurora ; Juliette Béghin, criminologue ; Nawfal Ben Messaoud, animateur d’une émission de radio pour les prisons ; Samira Benallal, présidente ASBL DéClik ; Mohamed Benhaddou, cultuurfunctionnaris ; Karin Beyens, Head of Acquisitions, Diaphana, Parijs ; Kristel Beyens, professor, Vakgroep Criminologie, VUB ; Daphnis Bockstael, tekenaar ; Mohammed Boukourna, ancien député PS, éducateur social ; Fabienne Brohée, enseignante ; Claire Capron, visiteuse de prison ; Jean-Yves Carlier, professeur aux universités de Louvain et de Liège, avocat ; Cécile Castin, enseignante à la prison de Jamioulx ; Frédéric Chapon, éducateur ; Christiaens Jenneke, docent VUB ; Eric Corijn, professor VUB ; Marijke Cornelis, diversiteitsmedewerker Justitieel

Welzijnswerk Dendermonde ; Tom Daems, criminoloog KUL & hoofdredacteur FATIK : Tijdschrift voor Strafbeleid & Gevangeniswezen ; Georges Dallemagne, député fédéral, CDH ; Elfi De Boos, leraar ; Veronique De Leener, Coordinatrice Maks vzw ; Katrijn De Marez, stafmedewerker instituut voor Postacademische Vorming VUB ; Wim De neuter, publicist ; Tom Defillet, justitieel welzijnswerker, Centrale Gevangenis Leuven ; Paul Delmotte, professeur IHECS ; Christine Deltour, aumônerie de la prison de Nivelles ; Deniz Demirkapi, animatrice, ASBL Ateliers du Soleil ; Jean-Marie Dermagne, avocat, ancien bâtonnier, enseignant UCL ; Géraud Deville, conseiller juridique ; David Dhont, enseignant ; Jules D’Oultremont, gemeenteraadslid Sociaal & Democratisch Houthalen-Helchteren en provincieraadslid Limburg ; Fanny Dumont, Radio Passe-Muraille ; Christian Eliaerts, em. professor, Vakgroep Criminologie VUB ; Grietje Goris, verantwoordelijke levenslang leren, permanente

vormingen en postgraduaten VUB ; Kristien Guns, pedagoog ; Karim Hassoun, voorzitter AEL Belgie ; Frank Hutsebaut, Gewoon hoogleraar KUL, Leuvens Instituut voor Criminologie (Linc) ; Marc Jacquemain, sociologue, professeur ULG ; Eric Janssens, premier substitut et président de l’Aide à l’Enfance (ASBL) de Braine-l’Alleud ; Alice Jaspart, chercheuse au Centre de recherches criminologiques de l’ULB ; Joëlle Kwaschin, rédactrice en chef de La Revue nouvelle ; Fouad Lahssaini, député fédéral, Ecolo ; Philippe Landenne, chargé de recherche pour le Réseau Détention et Alternatives (REDA) ; Bram Langmans, projectverantwoordelijke « interculturele schooltelevisie » bij vzw Kif Kif ; Alain Lemaitre, agrégé en philosophie, professeur de Morale ; Jean-François Lenvain, enseignant, créateur de l’ASBL « génération nouvelle » ; Carole Liesens, psychologue ; Miguel Lloreda, enseignant ; Jean-Marc Mahy, éducateur ; Jean-Pierre Malmendier, cofondateur de ASBL Marc & Corine, ancien

sénateur, député sortant MR ; Thierry Marchandise, juge de paix et de président de l’association syndicale des magistrats ; Abdelkader Massaoudi, conseiller à l’IPPJ de Fraipont et Jumet ; Tinny Mast, mama van Kim & Ken, Vechten voor de Rechten van het Kind ; Bernadette Mergaerts, Dienst Interne en Externe Communicatie, VUB ; Theo Mewis, ABVV-syndicaal afgevaardigde Sappi-Lanaken ; Nine Muret, conseillère CPAS St-Gilles, Ecolo ; Amina Nadi, experte en matière de discrimination ; Carla Nagels, présidente de la commission jeunesse de la Ligue des Droits de l’Homme ; Evelyne Namenwirth, professor, Interfacultair Departement voor Taalonderwijs (ITO) ; Daniel Nokin, journaliste-producteur ; An Nuytiens, wetenschappelijk medewerkster, VUB, Faculteit Recht en Criminologie ; Kristin Nuyts, stafmedewerker Steunpunt Algemeen Welzijnswerk ; Lifa Ouald Chaib, stafmedewerker Steunpunt Algemeen Welzijnswerk ; Delphine Paci, présidente Observatoire International des Prisons (OIP) Belgique ; Hannelore Pintelon, teamcoördinator JWB Team

BD-OO ; Pierre Plasman, criminologue, responsable de jeunesse ; Jean-Marie Quairiat, ancien président du syndicat de la magistrature, juge à Mons ; Greet Raets, coördinator Slachtoffer in Beeld ; Christophe Rémion, éducateur de jeunes ; Sandra Roobaert, hulpverlener vzw Lhiving ; Nadine Rosa-Rosso, enseignante en promotion sociale ; Eric Rosseel, dr. psychologie, oud-docent VUB, coördinator Netwerk Psychiatrie & Samenleving ; Stefan Roumen, arbeider, Comité voor Sociale Gerechtigheid ; Jacqueline Rousseau, formatrice ; Carine Russo, sénatrice, Ecolo ; Leni Sannen, wetenschappelijk medewerker, LINC ; Mieke Seys, organisatieondersteuner Justitieel Welzijnswerk Brugge ; Jef Sleeckx, oud-kamerlid voor de Sp.a ; Jean-Pierre Tilman, GSARA ASBL Bruxelles ; Jeannine Tips, animatrice, Solidarités Nouvelles Charleroi ; Hanne Tournel, Assisterend Academisch Personeel VUB, Vakgroep Criminologie ; Hilde Tubex, Team Leader Research and Evaluation, Department of Corrective Services WA,

Australia ; Steven Van campfort, stafmedewerker Steunpunt Algemeen Welzijnswerk ; Angela van de Wiel, coördinator Liga voor Mensenrechten ; Tineke van den Berg, Partij bestuur Groen ! Plus voor Limburg ; Benoît Van der Meerschen, président de la Ligue des Droits de l’Homme ; Leo Van Garsse, medewerker VZW Suggnomè ; Elke Van Hellemont, Leuven Institute of Criminology (Linc), Research line Organised Crime, Drugs and Terrorism ; Sarah Van Praet, chercheuse en criminologie au centre de recherches criminologiques de l’ULB ; Kurt Vandenbroucke, maatschappelijk assistent JWW Brugge ; Damien Vandermeersch, professeur UCL et FUSL ; Anne Verheyen, Head Career Management University of Antwerp Management School ; Walter Vermeiren, maatschappelijk werker-criminoloog, psychotherapeut ; Herman Vermeulen, ex-secretaris van Ondernemingsraad en Comité Veiligheid en Gezondheid in de mijn van Waterschei-Genk ; Luk Vervaet, enseignant en milieu carcéral ; Bibiana Vila, animatrice socioculturelle ; Tim Vrancken, leerkracht N.C. Zedenleer

K.A. Ukkel ; Bernard Wauters, éducateur.