Internet Vingt-sept pour cent des ménages wallons sont connectés au Web La Wallonie tisse sa Toile L'e-business progresse timidement

MUNSTER,JEAN-FRANCOIS

Page 12

Vendredi 3 mai 2002

Internet Vingt-sept pour cent des ménages wallons sont connectés au Web

La Wallonie tisse sa Toile

Une enquête révèle les usages des ménages et PME wallons en matière de technologies de l'information. Le constat est rassurant, même s'il reste du pain sur la planche.

JEAN-FRANÇOIS MUNSTER

Les Wallons progressent sur le chemin de la société de l'information. Les ambitions des pouvoirs régionaux, telles que formulées dans le Cawa (nouveau contrat d'avenir de l'avenir), sont claires en la matière : pour 2004, une personne sur deux doit pouvoir avoir accès et savoir utiliser l'internet. La Wallonie est en bonne voie. Que ce soit au niveau de l'équipement informatique des ménages, des connexions internet ou des usages..., des progrès ont été réalisés. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'AWT (Agence wallonne des télécommunications) auprès de 1587 personnes âgées d'au minimum 15 ans.

Sans surprise, le nombre de ménages disposant d'un PC a augmenté d'environ 5 % entre 2000 et 2001. Au total, 38 % des ménages sont équipés d'un ordinateur. Un taux qui est dans la moyenne d'autres pays européens mais qui rappelle durement que nous sommes toujours 4 ans « en retard » par rapport aux Etats-Unis (56,7 %).

Les ménages jeunes, où le niveau d'études est assez élevé, et où il y a des enfants sont ceux qui possèdent le plus souvent des ordinateurs. A contrario, seuls 15 % des 60 ans et plus ont un PC.

Le nombre de ménages connectés à internet a augmenté dans la même proportion que les d'ordinateurs (+ 5 %). Au total, 27 % des citoyens ont un accès internet à domicile. Si les lignes classiques restent majoritaires (69 %), l'ADSL fait une percée fulgurante dans les demeures wallonnes, se taillant 19 % du marché (+ 13 %). Le câble n'est choisi que par 2 % de la population. Au rang des fournisseurs d'accès, Belgacom reste premier et conforte même sa position. Avec ses deux filiales, Skynet et Swing, il fournit l'accès au réseau à deux tiers des ménages.

Si les Wallons se connectent aussi beaucoup au boulot (19 %), 20 % d'entre eux reconnaissent néanmoins que cette utilisation n'est pas directement liée aux tâches qui leur sont confiées. Dans les écoles, l'enquête démontre à quel point le Web est bien implanté : trois étudiants sur quatre y ont accès.

Au total, 36 % des Wallons ont utilisé internet au cours de l'année 2001. Le gouvernement régional ambitionne de porter ce chiffre à 50 %. Pour ce faire, il faudra convaincre mais aussi et surtout sensibiliser. Cinquante pour cent de ceux qui n'utilisent pas l'internet ont une explication toute simple pour motiver cette situation : ils n'y voient aucun intérêt. D'autres se trouvent trop âgés (16 %) ou estiment que c'est trop compliqué (10 %). Seuls 11 % considèrent que le coût de l'internet est rédhibitoire.

Lorsqu'on analyse le profil de ceux qui vivent en marge de la planète internet, on constate souvent qu'il s'agit de personnes ayant plus de 60 ans, qui n'ont pas poursuivi d'études au-delà du secondaire inférieur ou encore des non-actifs.

La diffusion de la culture internet se passe positivement en Wallonie, a déclaré Serge Kubla, ministre de l'économie. Mais il faut à tout prix éviter la « fracture digitale » entre ceux qui utilisent internet et ceux qui restent dans un certain immobilisme. Il faut mener en priorité des politiques ciblées en direction de ces publics.·

L'e-business progresse timidement

La progression des nouvelles technologies au sein des PME wallonnes est aussi une réalité. Selon les chiffres de l'enquête qui ne concernent que les PME de plus de 5 personnes , tous les indicateurs sont dans le vert par rapport à l'année dernière : augmentation des stations de travail de 3 %, de l'accès à internet de 5 %, des réseaux locaux de 10 %.

On ne constate pas réellement d'engouement pour l'e-business, dont on ne cessait de vanter les énormes potentialités avant l'éclatement de la bulle internet, mais la progression est tout de même significative. Actuellement, 13,7 % des PME pratiquent régulièrement la vente en ligne. Le nombre de sites offrant aux consommateurs cette opportunité a augmenté de plus de 3 % (4 % lorsque ce site s'adresse à des entreprises).

Mais les résistances sont encore nombreuses dans les entreprises. Près de 70 % d'entre elles n'identifient pas clairement l'apport de l'internet soit pour elles-mêmes, soit pour leurs clients. 34,8 % des PME considèrent que l'e-business n'est pas rentable tandis que 19,1 % estiment que le marché n'est pas mûr.

Lorsqu'elles sont branchées, les PME utilisent principalement le Net pour des opérations bancaires (78,8 %), et pour la consultation de bases de données (50,3 %). Les applications avancées (visioconférence, streaming...) restent marginales. A noter que 13,2% des PME pensent recourir au télétravail d'ici deux ans. Pour l'instant, elles ne sont que 4 % à le faire.

Enfin, l'enquête révèle que la « fracture digitale » touche aussi le monde des PME. Des secteurs d'activité tels que l'horeca, la construction, le commerce de détail, l'immobilier restent à la traîne de l'internet. Au sommet du tableau paradent les secteurs des télécoms, de la banque et du service aux entreprises.

Tous ces constats vont maintenant permettre à la Région wallonne de mieux cibler sa politique en la matière.·

J.-F. M.

Les résultats de cette étude peuvent être consultés sur le site www.awt.be