JACQUES BREL BERNE PAR "MONSIEUR PAUL"

CORDY,JACQUES

Page 18

Vendredi 25 mars 1994

Jacques Brel berné par «Monsieur Paul»

Le grand Jacques aussi? Mais oui! Comme Pierre Fresnay, comme tant d'autres: tous bernés par «Monsieur Paul»! On le sait, le fugitif Paul Touvier a enjôlé, séduit, trompé de naïfs ecclésiastiques et d'accueillantes bonnes soeurs, tout au long de son invraisemblable tour de France des couvents. De pieuses portes, tenues par des intégristes, s'ouvraient d'ailleurs parfois toutes seules.

Mais Jacques Brel! Et pourtant, il est bien vrai - comme le narre l'accusé du procès de Versailles - que Brel s'est laissé circonvenir par l'habile personnage. En 1959, présenté par l'abbé Widemann au chanteur en tournée dans la région lyonnaise, Paul Touvier embobine le bon Jacques. Dix ans plus tôt, il avait réussi à émouvoir, de la même manière, l'acteur Pierre Fresnay, sur le plateau du film «Monsieur Vincent»...

Les artistes sont gens de coeur. Un condamné à mort, «victime» d'une répression aveugle, cela fait toujours pitié. Touvier raconte bien. Il dit juste ce qu'il faut pour apparaître pitoyable. Ses «bonnes actions» dans la Milice, mal récompensées par la haine des vainqueurs; sa famille, ses enfants pourchassés comme lui-même. Fresnay craque, veut l'aider. Il lui confie un manuscrit pour la réalisation d'un film éducatif!

Brel se laisse attendrir, lui aussi. Il le charge de la recherche d'un chalet dans la région de la Grande-Chartreuse et de sa rénovation. Touvier s'acquitte de la besogne, contre une généreuse rémunération. Brel écrit une chanson sur les condamnés à mort: «L'Épervier»; il fait mieux: il autorise Touvier à utiliser un de ses thèmes musicaux pour illustrer, en 1967, un disque éducatif (encore) intitulé «L'Amour et la vie», et l'introduit dans les milieux du disque à Paris.

Gentil Jacques Brel! Il apprendra seulement cinq ans plus tard à qui il avait fait confiance. Touvier n'aura même pas un merci: il fera ce sec commentaire, dans une interview publiée il y a quelques années: «Ce disque ne m'a pour ainsi dire rien rapporté: il a tout juste couvert les dettes que j'avais contractées pour sa réalisation...» Entre-temps, l'ex-milicien avait ajouté d'autres dupes à son palmarès: le ministre Edmond Michelet, grand résistant et ancien déporté, le philosophe Gabriel Marcel (qui en fit, par la suite, un véritable coup de sang), etc.

JACQUES CORDY