L’épouse de Nizar Trabelsi dément qu’il ait voulu tuer Marc Dutroux

n.c.

Lundi 5 janvier 2009

L’épouse du Tunisien Nizar Trabelsi, récemment transféré à l’aile sous haute sécurité de la prison de Bruges pour continuer à purger la peine dont il a écopé pour avoir préparé un attentat contre la base américaine de Kleine Brogel (Limbourg), a démenti que son mari ait voulu tuer Marc Dutroux lorsqu’ils étaient tous deux détenus à Ittre. La Gazet Van Antwerpen et Het Belang van Limburg avaient indiqué mardi dernier que le transfert de Marc Dutroux d’Ittre à Nivelles juste avant la Noël était dû à des menaces sur sa vie de la part de Trabelsi. Pour Naïma Trabelsi, ces allégations participent des « nombreuses pressions » pesant actuellement sur son mari. L’avocat du détenu, Me Marc Nève, avait déjà précisé que la motivation du transfert de son client à Bruges ne faisait en aucun cas référence à Marc Dutroux. Selon Naïma Trabelsi, ces motifs concernent un risque d’évasion « pour lequel il n’a même pas encore été interrogé » et un risque de prosélytisme de ses idées au sein de la population musulmane des détenus d’Ittre.