L’ex-futur vice-recteur est accusé de plagiat

GUTIERREZ,RICARDO

Page 7

Mardi 8 février 2011

UCL Avis internes contradictoires sur Olivier Servais

Il n’y a que les singes qui recopient bêtement »… L’Université catholique de Louvain mène campagne contre le plagiat. Elle vise les étudiants mais aussi les profs, comme l’atteste la procédure disciplinaire à l’encontre de l’anthropologue Olivier Servais. Plagiaire ou pas ? Le recteur doit trancher, sur base d’avis internes contradictoires.

La Libre annonçait, la semaine dernière, que le professeur Servais, accusé de plagiat par une lettre anonyme, avait été blanchi par l’UCL. En réalité, le recteur Bruno Delvaux ne s’est pas encore prononcé. L’affaire a déjà coûté à M. Servais le poste qu’il convoitait de vice-recteur aux affaires étudiantes, garant de la poursuite des étudiants… plagiaires.

Soutenu par les étudiants et le Conseil académique, Servais devait succéder au vice-recteur Gabriel Ringlet. Jusqu’à ce qu’il se désiste pour « raisons personnelles ». On sait, à présent, qu’il s’est retiré suite à des accusations de plagiat portant sur une quinzaine de publications.

La commission de déontologie de l’UCL a instruit le dossier, écartant la plupart des accusations, mais laissant planer le doute sur deux textes… La Libre évoque un ouvrage publié en 2004 (Anthropologie et missiologie XIX-XXe siècles), dont l’un des chapitres est la copie conforme d’un article signé par un auteur turc, Basile Y, décédé au milieu des années 80.

Quatre sources non citées

Le Soir a constaté qu’un autre texte d’Olivier Servais, l’article « Inculturation et altermondialisation », publié dans la revue Lumen Vitae en 2005, intègre, mot pour mot, de larges passages empruntés à quatre auteurs : un texte de Basile Y publié en 2000 ; un extrait du site internet des Jésuites ; un article diffusé en novembre 1998 par le pasteur camerounais Fabien Ouamba ; et une étude signée en 2003 par le père dominicain Mario L. Peresson. Sur 290 lignes, 62 (21 %) sont la réplique exacte de textes antérieurs non cités et non mentionnés en bibliographie. Le vice-recteur à la politique du personnel, Jacques Grégoire, a proposé d’infliger une réprimande au plagiaire présumé. Servais a refusé l’admonestation, portant l’affaire en appel, devant la commission disciplinaire de l’UCL qui estime injustifiée toute sanction…

Le recteur a requis un avis juridique complémentaire avant de trancher. Tandis que le site de l’UCL continue à mener campagne : « Plagier, c’est voler… Le plagiat est considéré comme une fraude à L’UCL, et sanctionné comme tel. (…) Le respect de la propriété intellectuelle et de la vérité interdit que l’on fasse passer pour sien, fût-ce par omission, un travail que l’on n’a pas accompli. »