L’inflation repart à la hausse

MUNSTER,JEAN-FRANCOIS

Page 25

Samedi 29 août 2009

Conjoncture Renversement de tendance au mois d’août

Ce n’était plus arrivé depuis un an. Le taux d’inflation est à nouveau reparti à la hausse au mois d’août après douze mois de dégringolade. Certes, la reprise est légère (+ 0,34 points) et l’inflation reste sous la barre du 0% (–0,78%), comme c’est le cas depuis quatre mois. Ce n’en est pas moins un renversement de tendance significatif. Cela signifie que le pays ne va pas sombrer dans la déflation comme on a pu le craindre à un moment et qu’un retour à des taux d’inflation positifs n’est plus très éloigné.

L’indice progresse surtout sous l’effet des hausses de prix des carburants (+ 3,7%), du mazout de chauffage (+ 8,6%), du gaz naturel (+ 4,4%) et de l’électricité (+1,9%) enregistrées ce mois-ci. Le prix du baril a retrouvé le niveau qui était le sien en octobre dernier, franchissant même la barre des 75 dollars. Cela contribue d’autant plus à faire progresser le taux d’inflation que l’effet de comparaison avec l’année dernière est moins défavorable. Le prix du baril, qui avait atteint un record en juillet 2008, a en effet fortement chuté en août, premier signe avant-coureur de la crise économique qui devait ravager les économies du monde entier.

A noter aussi que d’autres produits ont exercé une pression à la baisse sur l’indice. Les légumes frais par exemple dont les prix sont en recul pour le quatrième mois consécutif. En moyenne, cette baisse était de 12,2% en août. Les légumes les plus touchés sont les poireaux (–34%), les haricots verts (–28%), les carottes (–20%), les brocolis (–15%) et les poivrons (–15%). Les fruits suivent la même tendance avec une baisse moyenne de l’ordre de 2,7%. Les melons (–16%), les pêches (–11%) et les pamplemousses (–10%) sont les plus concernés.

Soulignons aussi que l’indice santé (110,66) est toujours en recul par rapport au même mois de l’année passée (110,88) ce qui permet aux locataires ayant un contrat entré en vigueur en septembre de demander à leur propriétaire une (très modeste) indexation négative de leur loyer.