L’Olivier fleurit à Orp-Jauche

HERENS,GEOFFROY

Page 21

Jeudi 10 décembre 2009

Politique Un fossé se creuse

L’entente est excellente ! Je suis très très contente de faire partie de cette équipe. Il y a parfois des avis différents mais c’est normal… et tant mieux ! En trois ans, nous avons déjà réalisé tellement de bonnes choses… »

Cette déclaration enthousiaste, elle est de Josette Houart. L’échevine CDH d’Orp-Jauche ne cache pas son plaisir à avoir rallié la majorité depuis 2006 et l’instauration d’un Olivier pour succéder à la Violette en place depuis des lustres. Tandis qu’Hugues Ghenne (PS), bourgmestre depuis cette date, pointe une série de dossiers concrétisés et/ou mis en branle ces trois dernières années : nombreux investissements pour les bâtiments du culte, remise aux normes des salles communales, trente rues rénovées, création d’un conseil des aînés, d’une CCATM, d’un logement d’urgence, lancement d’un schéma de structure, instauration de primes énergie… Sans oublier les dossiers menés avec le privé comme le futur (?) aménagement du centre d’Orp-le-Petit ou l’érection d’un funérarium sur les cendres d’une maison incendiée il y sept ans.

Tout va bien, alors ? Ce n’est pas l’avis de l’opposition LB menée par l’ex-mayeur Jean Pirsoul. « Il y a deux gros problèmes, résume-t-il. Le personnel communal est mal géré. On rouspète dans les écoles, tout qui peut prendre sa pension s’en va, dès 2007, cinq personnes ont été licenciées… Bref, il y a un malaise mais nul n’ose rien dire car le bourgmestre est autoritaire. Par ailleurs, je constate l’absence de vision à long terme. Encore heureux que la nouvelle majorité n’ait pas fait table rase des projets lancés par l’ancienne. »

Des remarques que réfute la triple entente au pouvoir. Le bourgmestre Ghenne affirme avoir professionnalisé l’administration avec ses deux partenaires : « Il n’y a pas de malaise. Une commune, c’est comme une entreprise. S’il y a irrégularité, la sanction suit. C’est un processus rationnel de rejet du clientélisme et du népotisme. Par ailleurs, au vu des réalisations, ma plus grosse déception est d’avoir le sentiment d’avoir végété dans la majorité précédente. C’est du passé. La population voulait du changement, elle l’a ! »

Voilà en tout cas une opposition, mais surtout une façon de procéder de Jean Pirsoul (notamment les e-mails envoyés à tout qui en fait la demande) qui en exaspère plus d’un au sein de la majorité. « Il raconte parfois n’importe quoi et ça en devient énervant, note l’Écolo Pierre Sondag. Ça ne fait que renforcer l’envie de continuer avec l’équipe actuelle dans trois ans. » Quant à Hugues Ghenne, il va plus loin : « Je n’ai rien contre Jean Pirsoul. C’est un brave homme. Mais en raison de son manque d’écoute et de son non-respect des autres, il est pour moi exclu de retravailler avec lui après 2012… »