l’UE cherche à rouvrir des vols

n.c.

Lundi 19 avril 2010

Pressée par les compagnies aériennes, l’Union européenne cherche à rouvrir le maximum de routes aériennes dès lundi. La moitié des vols pourrait avoir lieu.

L’Union européenne va chercher à faire rouvrir le maximum possible de routes aériennes dès lundi, sous la pression des compagnies aériennes mécontentes car menacées d’asphyxie après quatre jours de paralysie due au passage du nuage de cendres volcaniques. « Selon les prévisions météorologiques, la moitié des vols prévus sur l’Europe pourraient être effectués demain (lundi), mais nous ne transigerons pas sur la sécurité », a affirmé dimanche à Bruxelles le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires européennes, Diego Lopez Garrido, dont le pays préside actuellement l’UE. « La situation devient intenable » pour les compagnies aériennes et pour leurs passagers bloqués à l’étranger, lui a fait écho le commissaire européen chargé des Transports, Siim Kallas.

La principale association des compagnies aériennes européennes et celle des gestionnaires d’aéroports ont réclamé dimanche une « réévaluation immédiate » des restrictions de vols imposées en Europe, jugées excessives.

Deux réunions européennes sont prévues lundi pour décider de la faisabilité d’une reprise des vols d’une manière coordonnée. La première, technique, sera organisée le matin au siège d’Eurocontrol, l’organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. La présidence espagnole a ensuite prévu en fin de journée, vers 17H00 (15H00 GMT) une réunion extraordinaire des ministres des Transports de l’UE par visio-conférence, animée depuis Madrid, car ils seront dans l’impossibilité de se déplacer, a indiqué M. Garrido. « Il s’agira de prendre des décisions concertées et fondées sur des données techniques avec la sécurité pour priorité », a-t-il précisé.

Selon le ministre français Jean-Louis Borloo, « une décision politique, européenne et internationale, de faire voler des avions, pilotés par des volontaires sera prise ». Les autorités belges ont confirmé cette intention. « Certains vols pourraient être autorisés dans les prochaines heures, si les conditions de sécurité sont réunies », a annoncé le secrétaire d’Etat à la Mobilité Etienne Schouppe.

La plupart des pays de l’UE ont été contraints de fermer leurs espaces aériens depuis jeudi à cause du passage d’un nuage de cendres provoqué par l’éruption d’un volcan en Islande, et seuls ceux du sud de l’UE permettent encore aux avions de voler. « Le nuage se déplace vers le nord-est et affectera lundi une moitié du territoire de l’UE », a indiqué M. Kallas.

Les décisions attendues lundi seront fondées sur les résultats des vols tests effectués dimanche par les compagnies néerlandaise KLM, allemande Lufthansa et française Air France pour mesurer l’impact sur leurs avions d’un passage dans le nuage de cendres. « Si le trafic aérien ne reprend pas la semaine prochaine, certaines compagnies vont avoir d’énormes difficultés et la Commission devra alors examiner la possibilité d’autoriser des aides d’Etat en raison de ces circonstances exceptionnelles », a confié à l’AFP un responsable européen.

Les compagnies opérant en Europe ont été contraintes d’annuler 63.000 vols depuis jeudi, précise Eurocontrol. Un total de 28.126 vols était prévu lundi en Europe, a-t-il ajouté. Selon Paul Charles, un expert britannique du groupe international Lewis PR, les quatre jours de paralysie du trafic aérien ont coûté un milliard de livres à l’industrie du voyage européenne ». Les aéroports chiffrent leurs propres pertes à 136 millions d’euros.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a pris la mesure du problème. Il a promis dimanche des « réponses appropriées » pour répondre aux conséquences économiques d’une « situation sans précédents ».

(afp)