L'ACADEMIE DES BEAUX-ARTS DE SAINT-GILLES EST CENTENAIRE : 100 ARTISTES QUI ONT FAITL'ACA

LAMENSCH,MICHELLE

Page 19

Jeudi 5 septembre 1991

L'académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles est centenaire

Cent artistes qui ont «fait» l'Aca

Un siècle de symbiose artistique entre l'hôtel de ville de Saint-Gilles et son académie. Exposition rétrospective.

L'hôtel de ville de St-Gilles, bien qu'il soit de dimension confortable, ne saurait cependant pas contenir les oeuvres marquantes de tous les artistes dont le talent a éclos dans la commune. Aussi, l'exposition qui marque le centenaire de son académie se limite-t-elle à la présentation de quelques pièces des directeurs, professeurs et membres des jurys de fin d'année qui se sont succédé dans cette académie. Avec l'un ou l'autre tableau d'artiste ayant vécu à St-Gilles.

FORMER LA MAIN ET LE GO UT

D'HABILES ARTISANS

Ce lieu d'exhibition est lié aux travaux de ces artistes, puisque, entre autres éléments de décoration, le plafond de l'escalier d'honneur est dû à Jacques de Lalaing et André Cluysenaar, le fils d'Alfred, premier directeur de l'académie, qui n'eut le temps que de concevoir l'esquisse de ce plafond sur le thème «Le bien, le vrai, le beau». L'esquisse du père est judicieusement exposée dans un coin de la salle de l'Europe (ex-salle des pas perdus) d'où on peut apprécier le travail achevé du fils. Dans ce même escalier d'honneur, on remarquera aussi «La Volupté» de Jef Lambeaux.

L'académie, créée en décembre 1891 d'initiative privée, sera reprise par la commune deux ans plus tard sous le nom d'Académie d'art et de dessin industriel. Les édiles souhaitaient organiser un enseignement professionnel apte à former la main autant que le goût des jeunes qui se destinaient à une profession industrielle. Ce n'était pas un cénacle pour intellectuels - bien que Saint-Gilles abritait en ce moment-là de nombreux artistes -, mais bien un lieu d'apprentissage axé sur l'exercice d'un métier au sortir de l'école primaire. L'industrie de l'époque exigeait des ouvriers habiles et soucieux d'esthétique.

La construction et la décoration de l'hôtel de ville de Saint-Gilles, au début du siècle, favorisèrent l'essor de la nouvelle académie. Alfred Cluysenaar et Jef Lambeaux, déjà cités, le sculpteur et aquarelliste Julien Dillens (à qui on doit la Porteuse d'eau, à la Barrière), Fernand Khnopff, auteur des plafonds de la salle de l'Europe, ou encore Alphonse De Tombay dont la «Vieille femme» est aussi visible à l'exposition, ont tous enseigné à l'académie. De nombreuses oeuvres d'autres anciens professeurs ornent toujours les murs de l'édifice. L'exposition est organisée autour de tous ces personnages comme une confrontation de leurs tendances artistiques.

On remarquera le savoir-faire du peintre Jean Robie dans ses pièces d'orfèvrerie Renaissance et le saisissant glissement de style - du nu féminin à l'abstraction - de Georges De Vlamynck, qui eut Nicolas de Staël pour élève. L'exposition abrite encore un superbe Léon Frédéric («Le Repas du laboureur»), un remarquable Franz Gailliard («Couchant au parc»), père de Jean-Jacques, également exposé.

DES PLANS DE L'ASTORIA

À UNE PLANCHE DE BD

Parce que l'académie comporte un cours «dessin d'architecture», une section présente les plans de l'hôtel Astoria, dus à Henri Van Dievoet, ceux de la gare du Midi de la main de Fernand Petit (en association avec Adrien Blomme) et de la piscine Longchamp conçus par Charles Demeutter. Ils furent respectivement professeurs et directeur de l'académie. C'est Charles Demeutter encore qui créa la section «bande dessinée» de la même académie. Ce qui nous vaut une planche d'Eddy Paape.

Dans ses dégagements, enfin, l'exposition propose deux doubles compositions, «Printemps-Été» et «Automne-Hiver», d'Émile Fabry, qui collabora longtemps avec les architectes Horta et Hankar.

Sous la direction de Philippe Van Craeynest, l'académie de Saint-Gilles compte actuellement 512 élèves venant de tout Bruxelles. Moins de 10 %, toutes nationalités confondues, sont étrangers.

MICHELLE LAMENSCH

«100 artistes pour 100 ans», du 5 au 25 septembre, tous les jours, sauf le lundi, de 10 à 18 heures, à l'hôtel de ville de Saint-Gilles, 39, place Van Meenen, 1060 Bruxelles. L'académie se trouve 108-110, rue de l'Hôtel des Monnaies.