L'Autriche parachève son oeuvre La famille Kostelic et la France à la table des vainqueurs

GREGOIRE,JOEL

Page 23

Lundi 11 mars 2002

L'Autriche parachève son oeuvre La famille Kostelic et la France à la table des vainqueurs

Si elle n'a pas écrasé le Cirque blanc par sa puissance collective, la Wunderteam a malgré tout préservé sa suprématie, se trouvant un nouveau roi en la personne d'Eberharter.

JOËL GRÉGOIRE

Si elle a paru moins omnipotente qu'au cours de la précédente saison, l'Autriche ne le doit pas qu'à des combinaisons moins «flashantes» que par le passé. A l'heure des comptes, on trouve moins de représentants de la Wunderteam au sommet des différentes hiérarchies. Amenés à partager mais en se réservant les meilleurs morceaux puisque la Coupe du monde générale a tout de même souri à Stephan Eberharter et à Michaela Dorfmeister.

Polyvalence avant tout dans le cas de la skieuse, sacrée devant sa compatriote Goetschl. Excellence tout simplement dans le cas de Stephan Eberharter, le nouveau roi du Cirque blanc. Plus qu'un champion de rechange, le Tyrolien a brillé, tant en Coupe du monde qu'à Salt Lake City. Trois médailles olympiques, une de chaque métal, trois Globes de Cristal, le grand, ceux de la descente et du super-G.

D'une tragédie,

Français et Suisses ont

puisé leur motivation

Dans les rangs adverses, les satisfactions n'ont pourtant pas manqué. Deux nations présentent ainsi des bilans similaires. D'une tragédie initiale, Français et Suisses ont puisé la motivation nécessaire à quelques coups d'éclat.

Ainsi, l'or olympique des Montillet et Vidal, les Globes de Cristal de Pequegnot et Covili resteront dédiés à la mémoire de Régine Cavagnoud, tragiquement disparue. Quant à leurs voisins helvètes, accablés par l'accident de Silvano Beltrametti, ils ont malgré tout tenu leur rang par l'entremise de Sonja Nef ou du régulier Didier Cuche. Avant une fin d'hiver porteuse d'espoirs.

Si la Norvège ne s'est guère illustrée que par l'indéracinable Kjetil Andre Aamodt, il est une fédération et un homme en particulier qui nourrissent une fierté sans égale: Ante Kostelic a vu ses enfants accomplir son rêve. Blessé en début de campagne, Janica s'est érigée en reine des Jeux olympiques, récoltant trois fois l'or et une fois l'argent. Son aîné Ivica a, lui, laissé parler son talent technique pour devenir le slalomeur de référence. L'aboutissement d'une belle histoire, celle de «petits» venus renverser les «grands». Peu de moyens mais de la volonté et des qualités incontestables.

RÉSULTATS

Finales

(à Altenmarkt-Zauchensee)

Hommes

Slalom

1. Kostelic (Cro) 1.37.92 (49.36+48.56)

2. Miller (USA) à0.23 (50.71+47.34)

3. Vidal (Fra) 1.08 (50.32+48.68)

4. Albrecht (Aut) 1.12 (49.88+49.16)

5. Amiez (Fra) 1.17 (50.31+48.78)

6. Raich (Aut) 1.53 (50.65+48.80)

7. Kunc (Sln) 2.01 (50.65+49.28)

8. Larsson (Suè) 2.08 (50.87+49.13)

9. Kosir (Slo) 2.15 (50.64+49.43)

10. Aamodt (Nor) 2.21 (50.87+49.26)

Géant

1. Gruenigen (Sui) 2.41.12 (1.24.19+1.16.93)

2. Raich (Aut) à0.12 (1.23.50+1.17.75)

3. Eberharter (Aut) 0.56 (1.24.24+1.17.45)

4. Nyberg (Suè) 0.75 (1.24.21+1.17.67)

5. Covili (Fra) 0.79 (1.24.36+1.17.56)

6. Cuche (Sui) 0.91 (1.24.09+1.17.95)

7. Defago (Sui) 1.43 (1.25.00+1.17.56)

8. Millet (Fra) 1.50 (1.24.84+1.17.79)

9. Kostelic (Cro) 1.59 (1.25.28+1.17.44)

10. Schifferer (Aut) 1.66 (1.25.98+1.16.81)

Classement final (33/33): 1. EBERHARTER (Aut), 1.702 pts; 2. Aamodt (Nor), 1.096; 3. Cuche (Sui), 1.064; 4. Miller (E-U), 952; 5. F.Strobl (Aut) 846; 6. Kjus (Nor), 680.

Descente (10/10): 1. EBERHARTER (Aut), 810pts; 2. Fr.Strobl (Aut), 520; 3. Ghedina (Ita), 381; 4. Cavegn (Sui), 366; 5. Trinkl (Aut), 350.

Super-G (6/6): 1. EBERHARTER (Aut), 470pts; 2. Cuche (Sui), 426; 3. Fr.Strobl (Aut), 326.

Slalom (9/9): 1. KOSTELIC (Cro), 611pts; 2. Miller (USA), 560; 3. Vidal (Fra), 456; 4. Kunc (Slo), 322; 5. Schoenfelder (Aut), 318.

Géant (8/8): 1. COVILI (Fra), 471pts; 2. Raich (Aut), 429; 3. Eberharter (Aut), 422; 4. Cuche (Sui), 420; 5. Nyberg (Suè) 405.

Femmes

Géant

1. Nef (Sui) 2.42.96 (1.21.08+1.21.88)

2. Ottosson (Suè) à0.84 (1.22.19+1.21.61)

3. Poutiainen (Fin) 1.53 (1.22.09+1.22.40)

4. Putzer (Ita) 1.73 (1.22.32+1.22.37)

5. Nowen (Suè) 2.09 (1.22.71+1.22.34)

6. Dorfmeister (Aut) 2.31 (1.22.95+1.22.32)

7. Paerson (Suè) 2.48 (1.23.29+1.22.15)

8. Kostelic (Cro) 2.55 (1.23.10+1.22.41)

Heeb-Batliner (Lie) 2.55 (1.23.34+1.22.17)

10. Meissnitzer (Aut) 2.64 (1.23.06+1.22.54)

Slalom

1. Kostelic (Cro) 1.54.66 (1.00.27+54.39)

2. Paerson (Suè) à0.57 (1.00.37+54.86)

3. Nowen (Suè) 0.71 (1.00.61+54.77)

4. Poutiainen (Fin) 0.93 (1.00.42+55.17)

5. Pequegnot (Fra) 1.28 (1.00.09+55.85)

6. Raich (Aut) 1.32 (1.00.42+55.46)

7. Pascal-Saioni (Fra) 1.38 (0.59.55+56.49)

8. Ertl (All) 1.43 (1.00.25+55.84)

Sponring (Aut) 1.50 (1.01.10+55.06)

10. Raita (Fin) 1.85 (1.01.19+55.32)

Classement final (34/34): 1. DORFMEISTER (Aut), 1.271pts; 2. Goetschl (Aut), 931; 3. Nef (Sui), 904; 4. Gerg (All), 847; 5. Paerson (Suè), 840, 6. Kostner (Ita), 681.

Descente (9/9): 1. KOSTNER (Ita), 568pts; 2. Dorfmeister (Aut), 469; 3. Rey-Bellet (Sui), 414; 4. Gerg (All), 412; 5. Goetschl (Aut), 408.

Super-G (5/5): 1. GERG (All), 355pts; 2. Meissnitzer (Aut), 248; 3. Dorfmeister (Aut), 212.

Géant (9/9): 1. NEF (Sui), 574pts; 2. Dorfmeister (Aut), 494; 3. Paerson (Suè), 360; 4. Flemmen (Nor), 335; 5. Hofgard-Nilsen (Nor), 330.

Slalom (9/9): 1. PEQUEGNOT (Fra), 597pts; 2. Koznick (USA), 518; 3. Paerson (Suè), 480, 4. Nef (Sui), 330; 5. Nowen (Suè), 328.