L'Entrepôt vit plus qu'une « Nuit »

BODEUX,JEAN-LUC

Page 16

Jeudi 3 mai 2007

Série (1/3) Panorama sur le rock qui fait bouillir nos frontières

À Arlon, Les Nuits de l'Entrepôt auront 20 ans ce week-end. Une salle qui vibre quasiment chaque semaine.

Le rock dans la région frontalière, ce n'est plus une denrée rare. C'est même l'explosion complète des concerts et festivals, à tel point qu'on peut se demander si on n'atteindra pas un point de saturation pour une « clientèle » régionale qui n'est pas extensible à l'infini. Petit panorama avec l'Atelier de Luxembourg, la Rockhal d'Esch-sur-Alzette et chez nous, l'Entrepôt d'Arlon, alors qu'il existe aussi des organisations ponctuelles, comme le Luxirock festival qui vient de se dérouler à Messancy et le Festiv Arel, une semaine plus tôt. Sans oublier d'autres rendez-vous et lieux (Dudelange, la Kulturfabrik, la Coque, etc.). Entre Luxembourg, Esch et Arlon, le printemps et l'été seront chauds avec la venue de grands noms de la scène rock et des concerts qui visent la découverte de talents régionaux ou transrégionaux.

Premier topo avec L'Entrepôt, ancien dépôt des douanes situé le long des voies ferrées à Arlon. C'est le seul lieu permanent où le rock est roi en Luxembourg. Son look postindustriel, brut et un peu froid, lui sied à merveille, mais demain, la Ville d'Arlon a décidé de lui faire un lifting complet. « Il n'y a pas de raison de soutenir plus un type de culture qu'un autre », disent les édiles du chef-lieu, qui ont compris que les musiques dites actuelles avaient toutes les raisons d'être et d'être soutenues. Les travaux, conséquents, puisque l'enveloppe culmine à 600.000 euros, sont prévus pour fin 2007.

En cette année, la programmation de l'Entrepôt, gérée par le collectif Losange Fondation, a été drôlement étoffée. Un joli cadeau pour les dix ans de rock dans ce lieu qui a intégré en ce début d'année un réseau de neuf lieux wallons et bruxellois où les musiques actuelles sont monnaie courante. « Ce réseau Plasma est conventionné par la Communauté française, explique Frédéric Lamand qui vit le rock made in Arlon depuis 20 ans. Losange a ainsi pu engager trois personnes, l'ASBL finançant à raison de 20 %. Cela nous permet d'avoir une programmation régulière, en production propre ou non, comme ce fut le cas cette année avec quelques écoles et mini-entreprises. L'objectif est d'encourager les tournées, la promotion des artistes. »

En attendant, les Nuits de ces 4 et 5 mai donneront encore l'occasion de découvrir des groupes de la Grande Région et d'ailleurs. Une affiche toujours dense, variée, originale, sans grande formation mais qui vise la créativité. Soit 40 groupes sur deux jours et quatre scènes, dont deux dans ce vaste hall de la SNCB qui retrouvera après cette édition une autre vie. Sans oublier une foire et quelques exclusivités musicales.

PROGRAMME

PROGRAMME

Vendredi 4 mai. Dès 18 h : Set the Tone, Justine, Street Criminals, Killing by Death, Gift from the Gods, Napalm Death, entre autres.

Samedi 5 mai. Dès 14 h. Kontre2, La Salamandre, Albert Blues Band, Grand Island, François Hadji Lazaro, The Brassens, Punishyourself, Giant Metal, Saule et les Pleureurs, Sharko, etc. Karaoke Rock Live.

Prix. vendredi,

16,5 euros en prévente, 20 euros sur place ; samedi, 26,5 et 32 euros. Les deux jours : 36,5 et 45 euros.

Infos. 063-45.60.84 ou www.nuitsdelentrepot.be