L'INDUSTRIE DU ROCK COLONISE DE PLUS EN PLUS LE WORLD WIDE WEB LE DERNIER TUBE DE BOWIE S'ECOUTE EN AVANT PREMIERE SUR LE NET

JENNOTTE,ALAIN

Page 5

Mercredi 11 septembre 1996

L'industrie du rock colonise de plus en plus le World Wide Web

Le dernier tube de David Bowie

s'écoute en avant-première sur le Net

Nouveau débouché pour l'industrie de la musique : les branchés sur Internet. Cette nuit, Bowie entre en vidéoconférence avec ses fans.

Le nouveau «single» de David Bowie sort... sur le Web. Pour le disque, les fans du «Thin White Duke» devront patienter jusqu'à novembre. Le chanteur anglais, qui enregistre actuellement un nouvel album à New York, vient en effet d'annoncer que son prochain titre, « Telling Lies», serait disponible gratuitement et en exclusivité sur Internet en avant-première de sa parution CD, prévue dans deux mois environ. A l'occasion de cette sortie d'un genre inédit, Bowie, âgé aujourd'hui de 49 ans, participera à une vidéoconférence avec ses fans, relayée par Internet mais également par Compuserve, un service en ligne qui compte plus de 4 millions d'abonnés.

Ce happening virtuel et médiatique débutera ce mercredi soir à 22 heures, heure de New York. Etant donné le nombre très important de visiteurs attendus, la vidéoconférence sera rediffusée à plusieurs reprises. Deux serveurs seront mis à contribution pour l'occasion, le site http:// www. davidbowie. com pour le téléchargement et l'audition du single et http:// www. compuserve. com pour la vidéoconférence. «Telling Lies» ne devrait être accessible sur le Web que pendant quelques heures. De ce côté de l'Atlantique, les nombreux admirateurs de Bowie risquent de passer une nuit très courte, décalage horaire oblige...

Il y a déjà pas mal de temps que l'industrie du rock colonise le World Wide Web, et les sites consacrés à certains artistes sont devenus très populaires, tels ceux des Rolling Stones, de Björk ou encore de Nirvana. Le label Korova, par exemple, proposait déjà il y a près de deux ans des extraits sonores de son catalogue CD. De nombreuses maisons de disques indépendantes suivies rapidement par les majors lui ont emboîté le pas. On trouve sur ces sites des informations biographiques, les dates des concerts, des textes de chansons, des photos, mais aussi des extraits sonores et des clips vidéo.

Cette richesse d'information ne doit cependant pas masquer un aspect marketing et merchandising très développé, allant de la vente de CD à celle de t-shirts ou de tickets de concerts.

Certaines réalisations sortent du lot par leurs qualités graphiques remarquables tel le site d'Everything but the Girl (http:// www. ebtg. com) ou celui du label Real World, la firme de disques créée par Peter Gabriel, qui édite un très riche catalogue de Musiques du Monde (http:// www. realworld. on. net).

La plupart de ces sites Web proposent des liens vers des boutiques de disques virtuelles, permettant d'acheter ses CD à des prix sans concurrence, voire de se les faire livrer à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Le système de paiement le plus classique est la carte de crédit. Ce qui ramène bien entendu au problème de la sécurité des transactions sur Internet (lire aussi en page 4). Beaucoup d'acheteurs préfèrent ainsi conclure une transaction sur Internet, mais faire transiter leur numéro de carte par téléfax...

De nombreuses revues musicales sont également publiées exclusivement au format électronique. Ce type de publication se prête parfaitement à un mélange d'interactivité, de graphisme accrocheur et d'information très convoitée par un large public d'amateurs. Certaines d'entre elles ont d'ailleurs atteint une popularité qui dépasse les limites d'Internet. Ainsi, le magazine online «Addicted to noise» propose depuis 94 des informations et des interviews dans le monde du rock en multipliant les fichiers sonores, les photos et les clips vidéo (http:// www. addict. com). Tout en finançant sa publication grâce à du sponsoring et en proposant d'introduire un bon de commande pour chacun des CD passés en revue, d'un simple clic de souris...

ALAIN JENNOTTE