L'invité du samedi « Bande de gauche pour le Conforto » La ville de Louvain citée en exemple

PIERRE,PHILIPPE

Page 15

Samedi 21 septembre 2002

« Bande de gauche pour le Conforto »

L'invitÉ du Samedi

Docteur en chimie, le Chastrois Philippe Degand (57 ans) est le coordinateur de la mobilité à l'UCL. Il met dans la défense de ses idées autant de conviction que lorsqu'il pédale vers son lieu de travail.

ENTRETIEN

PHILIPPE PIERRE

Dans une question parlementaire au ministre wallon de la Mobilité, José Daras, le député ottintois Jacques Otlet a mis en doute l'utilité de la nouvelle ligne de bus Louvain-la-Neuve-Bruxelles.

Je suis favorable à cette ligne dont le succès dépendra de la durée du trajet. Le bus ne doit pas être soumis aux aléas de la congestion routière. C'est la raison pour laquelle je plaide pour qu'il puisse circuler sur la bande de gauche de l'autoroute que l'on devrait également réserver aux covoitureurs. Une idée que l'on retrouve dans certains pays anglo-saxons.

L'objectif de cette mesure serait double: d'une part, favoriser les transports publics et le covoiturage, et, d'autre part, inciter les automobilistes pratiquant « l'autosolisme » à partager la route. La bande de gauche est plus rapide que la bande d'urgence sur laquelle le TEC souhaite faire rouler le Conforto car il est difficile de gérer la bande des pneus crevés en raison des entrées et des sorties de véhicules.

Une autre idée à promouvoir : la priorité absolue laissée aux bus en ville comme en bénéficient déjà les trams. Et ce dans le but d'arriver à une meilleure utilisation de l'espace public et d'encourager le recours aux transports en commun.

Le permis de bâtir pour le RER (Réseau express régional) Bruxelles-Louvain-la-Neuve sera bientôt délivré.

On ne peut que s'en réjouir même si le chemin est encore long avant de disposer de ces quatre voies qui rendront le réseau moins sensible aux incidents. La SNCB prévoit le terminus du RER à Louvain-la-Neuve.

Je suis partisan de le prolonger jusqu'à l'autoroute. Pour deux raisons : soulager les parkings de Louvain-la-Neuve et permettre aux habitants des villages environnants de prendre le RER après avoir laissé leur voiture dans un parc-relais à proximité de l'E411.

Pour développer le covoiturage, ne faudrait-il pas précisément multiplier ces parkings comme la Région flamande l'a fait ?

Certes, cela pourrait être favorable au covoiturage, mais le plus gros obstacle, selon moi, vient des horaires irréguliers de certains automobilistes. Un autre frein se trouve dans les trajets combinés (courses, écoles...).

Sur de petites distances, les inconvénients du covoiturage ne sont pas compensés par le gain financier. En revanche, le formule est très avantageuse sur les grandes distances.

Depuis 15 ans, vous vous rendez chaque jour à vélo de Villeroux (Chastre) à Louvain-la-Neuve. L'attitude des automobilistes a-t-elle changé ?

Ils sont en général bienveillants à l'égard des cyclistes. Mais certains peuvent être dangereux. Davantage par inconscience que par malveillance. Ma route passe quotidiennement par Mont-Saint-Guibert où des aménagements routiers ont été réalisés pour diminuer la vitesse.

Comme, par exemple, des emplacements de parking clairement indiqués sur la route. Les voitures ne doivent plus ainsi stationner à cheval sur le trottoir, ce qui présentait un danger pour les deux-roues. Aujourd'hui, les cyclistes sont plus facilement repérés par les automobilistes.

Quand on est cycliste, outre un bon vélo, il faut se rendre visible (gilet fluo) et prendre sa place dans la circulation. Et surtout bien montrer ce que l'on veut faire. « Rouler dans le trafic, ça s'apprend » est d'ailleurs le slogan de notre école wallonne de moniteurs de vélo-école.

Une initiative à souligner pendant la semaine de la mobilité ?

Le ramassage scolaire à vélo est une excellente idée. Il permet de réduire le trafic routier, soulage les parents d'une corvée et constitue une première expérience de la route pour « la génération de la banquette arrière ». Les jeunes ne rêvent d'ailleurs que de ça : être autonome.

Pour la police également, ce système de ramassage est intéressant car il lui permet de mieux cerner les dangers de la circulation à vélo et de repérer les voiries à réparer.

La difficulté de la formule est de trouver suffisamment d'adultes pour encadrer les convois.·

La ville de Louvain citée en exemple

Des demandes du Gracq Brabant wallon dont vous avez été un des fondateurs en 1993 ont-elles reçu un écho favorable?

Très rarement. Et il ne pourrait en être autrement aussi longtemps que les ingénieurs du MET (ministère de l'Équipement et des Transports) et les échevins ne rouleront pas eux-mêmes à vélo ! Cela dit, il faut reconnaître que le MET a pris une bonne mesure au boulevard Baudouin Ier à Louvain-la-Neuve en élargissant la piste cyclable rouge à proximité du carrefour permettant ainsi aux cyclistes de le franchir avec une priorité.

Un point noir ?

La RN237 entre Mousty et Court-Saint-Etienne où des îlots centraux réduisent certes la vitesse mais augmentent les risques d'accidents pour les cyclistes qui ne peuvent être dépassés par les voitures qu'entre deux îlots. Quant aux pistes cyclables de la province, leur état est lamentable. A un point tel qu'un gendarme m'a dit un jour que l'on ne verbalisait plus les cyclistes qui ne roulaient pas sur les pistes.

Une ville dont l'exemple pourrait être suivi en Brabant wallon ?

Louvain (Leuven). Son plan de mobilité interdit le transit des voitures dans le centre. La circulation piétonne et cycliste y est dès lors très agréable. La gare peut accueillir 2.000 vélos. Un projet en prévoit le triple!

Depuis deux ans, vous êtes le coordinateur de la mobilité à l'UCL.

Mon rôle consiste à proposer aux autorités universitaires des mesures pour réduire la présence des voitures. Le stationnement est plus problématique que la circulation. Le covoiturage est encouragé : une convention entre l'UCL et Taxistop permet aux étudiants et aux membres du personnel de proposer via internet des offres ou des demandes. Pour les cyclistes, j'essaie de trouver une solution au coup par coup pour des questions comme les douches, les garages pour vélos, etc. Enfin, pour la zone piétonne de Louvain-la-Neuve, nous avons proposé à la Ville de mettre en place une signalisation conforme au Code de la route. Et ce pour rendre la circulation piétonne plus agréable et pour favoriser la marche. Je connais des habitants de Louvain-la-Neuve qui travaillent aux Halles universitaires et qui s'y rendent en voiture !·

P. P.