La boîte auto version Stilo Abarth

PARTZ,YVES DE

Page 6

Jeudi 14 mars 2002

La boîte auto version Stilo Abarth

YVES de PARTZ

D'abord, il y a le sigle Abarth, du nom de Carlo Abarth à qui on doit à une autre époque la sportive Fiat 600 du même nom. Une manière de signer le modèle à 3 portes le plus pointu de la gamme Fiat Stilo : 5 cylindres, 2.466 cc, 170 chevaux, couple de 221 Nm à 3.500 tr/mn, 0 à 100 km/h en 8,5 s.

Cette familiale au look réaménagé n'en est pas moins relativement sage sur la route, à moins de solliciter en permanence la boîte de vitesses Selespeed, une des variantes de l'automatisme développé dans le dossier ci-contre. En l'occurrence, il s'agit d'une boîte de vitesses mécanique à commande séquentielle. Concrètement, la pédale d'embrayage a été supprimée et les rapports sont enclenchés soit via le « manche à balai » traditionnel au plancher soit via deux palettes situées derrière les branches du volant. L'une d'elles (à droite) permet de monter les rapports, et l'autre (à gauche) sert à rétrograder. Apparu d'abord au sein du groupe Fiat sur les Ferrari, ce type de commandes a un côté mythique, d'autant plus qu'il permet de changer de vitesses sans lâcher les mains du volant.

En outre, près du levier, l'enclenchement de la fonction « auto » suffit pour confier la sélection des rapports à une centrale électronique. Ce qui n'empêche pas le conducteur de choisir occasionnellement le rapport souhaité, sans renoncer à la fonction « auto ». En pratique, la boîte séquentielle fonctionne avec souplesse et précision, mais la commande « auto » n'offre pas le même agrément qu'une boîte automatique car chaque passage de rapport entraîne un ralentissement momentané très perceptible et entravant le confort. En fait, pour être agréable à l'usage, ce type de boîte requiert un peu d'attention pour savoir dans quel rapport on se trouve (un indicateur figure sur le cadran face au conducteur), sans oublier, en fonctionnement auto, de soulager la pédale d'accélérateur lors des changements de rapport afin d'éviter des à-coups.

Pour pallier toute mauvaise surprise, différentes sécurités sont prévues : lors de la mise en route (pédale d'accélérateur relâchée, frein actionné), le système recherche automatiquement le point mort; à moins de 3 km/h, les commandes au volant sont neutralisées pour éviter une erreur pendant les manoeuvres de parking; la commande de boîte ne fonctionne que si elle est compatible avec le régime moteur; un signal sonore annonce l'enclenchement de la marche arrière, etc.

Par ailleurs, la Stilo 2.4 Selespeed est très bien équipée : ABS, ASR, 8 airbags, ordinateur de bord complet (téléphonie, système de navigation, fonctions audio et trip), téléphone et radio actionnés au volant, régulateur de vitesse, fermeture automatique des portes en roulant. Un équipement plutôt inattendu pour ce type de voiture et de gabarit, mais qui est associé à une finition et à des matériaux de qualité moyenne et moins soignés que sur des concurrentes plus exclusives.

A côté du prix de base (21.000 euros) et d'une consommation moyenne de 12,3 litres aux 100 km (à allure raisonnable), il faut ajouter éventuellement quelques options.·