La carte de crédit peut être gratuite

MATHIEU,BENOIT

Page 49

Samedi 28 novembre 2009

Banques Selon l’enseigne, les coûts du compte à vue varient fortement

A moins de préférer les méthodes à l’ancienne, impliquant généralement le haut d’une commode ou le dessous d’un matelas afin de dissimuler son bel argent, l’immense majorité des Belges disposent d’un compte à vue. Un outil indispensable pour payer mais aussi, ne l’oublions pas, être payé. Précieux.

Une carte Maestro, éventuellement Proton, des extraits de compte, des domiciliations, des ordres permanents, un abonnement au PC banking pour les férus d’internet, les offres des institutions bancaires se ressemblent toutes, dans les grandes lignes du moins. Du côté des coûts, l’uniformité est nettement moins de mise : d’une banque à l’autre, les tarifs peuvent fortement varier.

Comparer se révèle donc intéressant, d’autant plus que depuis ce mois de novembre et l’entrée en vigueur du nouveau service de mobilité bancaire (Le Soir du 31 octobre), changer de crémerie est devenu (presque) facile.

En 2010, les tarifs des comptes à vue ne devraient pas trop changer, tout au plus quelques taux d’intérêts seront-ils revus à la baisse – mais sur la plupart des comptes à vue, ils n’ont jamais été très affriolants. Signalons tout de même un passage à une tarification mensuelle chez BNP Paribas Fortis et Dexia : tous les frais facturés annuellement le seront mensuellement, et ce dès le 1er janvier 2010. En cause, l’Europe et le « reporting mensuel des frais de transactions des clients », explique-t-on chez Dexia. Ce changement s’effectuera sans douleur pour le client.

Chez BNP Paribas Fortis, tous les comptes à vue fonctionnant sur la base d’un « package », soit 79 % d’entre eux, font déjà l’objet d’une tarification mensuelle. Les montants encore facturés par an seront simplement divisés en douze. Même concept chez Dexia, avec une infime différence, un rien mesquine. Le client attentif multipliant par 12 son addition mensuelle verra qu’il paye son compte à vue de 0,16 à 0,20 euro plus cher. « Le résultat d’un calcul financier afin que la mensualisation ne coûte pas, ni à Dexia ni au client. » Pour faire bref : ces quelques centimes grappillés ne « coûtent » pas au client car il ne paye pas l’intégralité de sa facture au début de l’an, mais petit à petit, mois par mois, profitant ainsi plus longtemps des taux d’intérêts de son compte. Une hausse lilliputienne qui n’a rien de dramatique – rien de très chic non plus.

Régulièrement, Le Soir se penche sur le coût de votre compte à vue. Notre simulation se base sur un profil type (voir infographie) et compare les tarifs des meilleures offres de neuf enseignes. Petite nouveauté : le coût annuel du compte à vue est calculé avec une carte de crédit et sans carte de crédit. Intérêt de l’exercice : déterminer le coût réel de l’utilisation de pareille carte, qui n’est pas toujours clairement indiqué.

Argenta. Avec ou sans carte de crédit (Visa), le compte « Giro » est tout simplement gratuit. Difficile de faire plus simple. Une amélioration, même : Argenta n’applique plus sa pénalité annuelle de 4,96 euros pour les comptes inactifs durant douze mois d’affilée. La carte de crédit est donc gratuite.

Axa. C’est la nouveauté du moment : Axa rejoint le club des banques proposant un compte à vue gratuit sur le Net, comptant déjà Argenta, Keytrade ou ING parmi ses membres. Le compte « click bonus » est gratuit et vous rapporte 0,05 euro par opération, forcément électronique, effectuée (paiement, retrait dans le réseau Axa, virement, chargement Proton, domiciliation ou ordre permanent). Pour 2009 et 2010, ce bonus est limité au plafond annuel de 50 euros et est conditionné à l’utilisation du compte en tant que compte principal (rentrées de minimum 750 euros par mois). Sans carte de crédit, ce compte coûte donc – 38 euros par an ; rajoutez la Visa et vous voilà à une addition négative de – 15 euros par an. Cette carte vous coûte donc 23 euros.

Pour ceux qui se méfient des comptes en ligne, le traditionnel compte à vue revient à 24,30 euros par an avec une carte Visa et 7,50 euros sans, à condition de bénéficier des effets du « bonus banking » récompensant les opérations électroniques. Nostalgiques des guichets et des opérations « papier », votre facture sera beaucoup plus lourde. Mais ça, c’est le cas dans presque toutes les banques.

Banque de la Poste. Le compte « Postchèque » revient à 30 euros par an. Rajoutez une carte MasterCard à 17,50 euros, vous voilà à une facture annuelle de 47,50 euros.

BNP Paribas Fortis. Sur une année, vous payerez 31,20 euros pour votre package « Easy Pack ». Onze euros de Visa ou MasterCard en sus, vous voilà à 42,20 euros.

Deutsche Bank. Le petit chouchou de Test-Achats. L’offre « db m@x » ne coûte rien du tout et comprend le compte à vue « db E-account » muni de la « db Titanium Card », gratuite.

Dexia. Vous désirez une carte de crédit (MasterCard) ? Optez pour le package « Red », revenant à 50,16 euros par an. Vous ne désirez pas de carte de crédit ? Voilà « Blue » qui vous tend les bras, à 28,20 euros. La possession d’une carte de crédit vous revient donc à 21,96 euros.

ING. Le « Lion Account », toujours exclusivement en ligne, toujours bon marché : 2,50 euros par an sans carte de crédit. Qu’elle soit Visa ou MasterCard, elle revient à 20 euros par an. Dont coût total : 22,50 euros. Pour les allergiques à internet, il y a le « Compte Vert » : 35 euros sans Visa, 55 euros avec Visa.

KBC-CBC. Sans carte de crédit, le package « Compact » est pour vous : 22,98 euros. Si vous optez pour une Visa, c’est du package « Confort » dont vous avez besoin : 35,28 euros. Visa qui vous revient donc à 12,30 euros.

Keytrade. Exclusivement en ligne et gratuit. D’année en année, Keytrade prolonge son « action 5 cents », qui est désormais valable jusqu’au 31 décembre 2010. A chaque opération effectuée avec votre compte, hop, ce dernier est crédité de 0,05 euro à la fin du mois. Au bout d’un an, votre compte vous a donc « coûté » – 35 euros. Comme la carte Visa est facturée 25 euros, elle porte l’ardoise finale à – 10 euros.