LA COMMISSION VEUT RASSURER LES MILIEUX FINANCIERS, UN PAS VERS LA SECURITE DE L'EURO

DE MUELENAERE,MICHEL

Page 5

Jeudi 13 juin 1996

La Commission veut rassurer les milieux financiers

Un pas vers la sécurité de l'euro

L'euro sera-t-il la seule monnaie européenne le 1er janvier 1999 ? Juridiquement, cette question n'est pas encore tranchée. L'un des éléments essentiels de l'union économique et monétaire - le «cadre juridique» de l'utilisation de l'euro - fait toujours l'objet d'intenses et délicats travaux techniques préparatoires.

Pour les spécialistes, le nouvel euro doit être « juridiquement équivalent» aux monnaies nationales. Celles-ci seront en quelque sorte des subdivisions, libellées d'une autre manière, de la monnaie européenne, même si celle-ci n'aura d'apparence physique qu'à partir de l'apparition des pièces et des billets, le 1er janvier 2002.

L'autre hypothèse, défendue par certains en Allemagne, consisterait à considérer que l'euro ne sera qu'une devise qui s'ajoutera aux quatorze autres. Dans cette hypothèse, beaucoup craignent que la sécurité juridique de la nouvelle monnaie ne soit pas assurée et qu'un retour en arrière reste possible pendant les trois années de transition entre la création de l'euro et le retrait des devises nationales.

En adoptant hier une communication qui fait l'état des lieux de l'UEM, la Commission a pris une position qui devrait rassurer les secteurs financiers. Les travaux de préparation du règlement sur la cadre juridique de l'euro, sont poursuivis dans le but d'établir une équivalence juridiquement contraignante entre l'euro et les monnaies nationales, indique le document. Celui-ci porte également sur la continuité des contrats actuellement libellés en monnaies nationales ou en écus, ainsi que sur les modalités pratiques du remplacement des devises nationales par la monnaie européenne.

M.d.M.