La déesse du Bocq dévoilée

ROBERT,FRANCOIS

Page 12

Samedi 29 novembre 2008

Culture Une expo sur le plus sulfureux des citoyens saint-gillois

Surnommé « l’amant de la matière », Jef Lambeaux a marqué Saint-Gilles, qui lui rend hommage.

C’est qu’elle est belle, la Déesse du Bocq ! Elle virevolte au pied de l’hôtel communal de Saint-Gilles, légère et sensuelle, si loin de l’académisme qui prévalait dans l’art statuaire au tournant du XXe siècle.

Si le climat humide et la pollution ont quelque peu altéré sa jeunesse d’un vert-de-gris douteux, l’adorable déesse s’identifie à Saint-Gilles autant que la Porteuse d’eau. Cette œuvre qui fit scandale, on la doit à Jef Lambeaux (1852-1908), le plus sulfureux sculpteur saint-gillois. Rien de plus logique dès lors que cette commune lui consacre une rétrospective. L’expo se tient au premier étage de l’hôtel communal, dans la salle des mariages… d’où l’on peut voir par la fenêtre le postérieur charnu (Saint-Gilles renonça pour un siècle à l’exposer en public) de la déesse du Bocq.

L’expo, organisée par la bourgmestre ff Martine Wille, est un petit bijou. Elle se compose d’une bonne vingtaine de réductions signées par l’artiste (l’essentiel de son œuvre fut détruit par les bombardements allemands) dont la Déesse du Bocq.

La Fontaine de Brabo à la Grand-Place d’Anvers, la Belle Chanson au square Ambiorix… Jef Lambeaux a sculpté notre mémoire. Après des débuts difficiles, il se fit connaître par ses Passions humaines au parc du Cinquantenaire. L’œuvre fut au cœur d’une violente polémique : son style novateur néobaroque et les formes généreuses voire scandaleuses pour l’époque choquaient le conservatisme catholique. Toujours est-il que Lambeaux a largement contribué à l’émancipation de l’art et de la pensée dans ce pays.

Novateur, Jef Lambeaux le fut aussi en multipliant ses réductions. Sachant exploiter à fond le scandale des Passions humaines, il fragmenta son œuvre dont il fit moulages et tirages en bronze. Toujours en retard pour honorer ses commandes, il mourut épuisé dans la cinquantaine d’une insuffisance rénale.

Par cette expo (gratuite), Saint-Gilles rend hommage à « son » artiste. La précédente remontait à 1990. A noter pour l’occasion la publication d’un catalogue signé Sébastien Clerbois, spécialiste de Lambeaux et chargé de cours à l’ULB.

L’expo (place Van Meenen) se tient jusqu’au 21 décembre et se complète par celle dénommée « Amusez Lambeaux » où 33 artistes ont créé une œuvre façon Lambeaux, à la Maison du peuple (37, parvis de Saint-Gilles).