La Grand-Place plus rock’n’roll

STAGIAIRE

Jeudi 12 juillet 2012

COMMERCE Le légendaire Hard Rock Café ouvrira ses portes au mois d’août

A deux pas de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, au nº 12a de la Grand-Place, rien n’indique encore l’ouverture du mythique Hard Rock Café derrière cette façade du XVIIe siècle. Et pour cause, les travaux sont encore en cours. Mais la volonté des managers est d’en faire un endroit incontournable. « Le rez-de-chaussée accueillera une scène pour proposer des artistes locaux », explique Paul Sharp, cet Anglais qui dirigera l’établissement. La future scène n’est pas encore prête mais on l’imagine déjà.

Que l’on rassure les amoureux des vieilles pierres, le cachet de la vieille bâtisse ne disparaîtra pas. Outre la façade qui restera intacte (sans enseigne lumineuse directement accrochée sur la devanture), un mur intérieur de briques rouges rénové traverse les deux premiers étages du bar. « Nous avions la volonté de respecter l’aspect historique du lieu en conservant ce mur », indique l’architecte devant son équipe venue des États-Unis pour la rénovation. Celle-ci s’est faite dans le souci de mélanger l’ancien et le rock’n’roll.

Le képi d’Elvis,

la guitare de Bono

Un bout d’Amérique débarque à Bruxelles donc, mais sur la pointe des pieds. Les classiques du Hard Rock sont bien présents. « C’est un petit pays mais ce n’est pas une petite collection que nous exposerons ici. » La collection Memorabilia propose des objets fétiches de légendes de la musique, des fifties à nos jours. Sur les murs des trois étages du café, le public découvrira le képi qu’Elvis portait lors de son service militaire en Europe, aux côtés notamment d’un corset de Madonna, d’un collier de Jimmy Hendrix et de la Fender de Bono dédicacée par les membres de U2.

N’est-ce pas un peu démodé de traîner au Hard Rock Café ? Les organisateurs misent sur un look sobre et sur la « mentalité » Hard Rock Café. Selon eux, « c’est la plus-value du lieu. Nous venons avec notre musique en n’oubliant pas où l’on s’implante. » Il faudra attendre le mois d’août pour savoir si la chaîne mythique arrivera à s’imposer.

L’arrivée du Café américain n’effraie pas du tout les commerçants et restaurateurs voisins. « Cela amènera une autre population, une foule nocturne que l’on n’a pas pour l’instant. Nous proposons des produits traditionnels belges, il n’y a pas de concurrence. Peut-être que les commerçants des snacks craignent davantage », estime un cafetier de la Grand Pace.

en chiffres

100

C’est le nombre d’emplois que pourrait générer le Hard Rock Café. « On sait que dans l’Horeca, c’est aux locaux que profite l’emploi. C’est donc une bonne nouvelle pour les habitants de Bruxelles », estime l’échevin du Tourisme de Bruxelles-Ville, Philippe Close (PS).