La Justice a-t-elle interdit une grève ...imaginaire?

BELGA

Page 4

Lundi 10 janvier 2000

La Justice a-t-elle interdit une grève ...imaginaire?

Nouvel épisode dans la saga des interventions musclées de la justice contre les grèves. Samedi, «De Morgen» révélait que l'administrateur délégué de la SNCB, Etienne Schouppe, avait obtenu l'interdiction d'une grève ferroviaire. Le SIC (Syndicat indépendant des cheminots)se dit stupéfait: il affirme qu'il n'avait nulle intention d'arrêter le travail le jour du mariage de Philippe et Mathilde. Ni la veille. Il aurait pu éclairer la lanterne des juges, mais ceux-ci ce l'ont jamais entendu. Imbroglio...

Selon «De Morgen», Etienne Schouppe s'était armé de deux arrêts de la cour d'appel de Liège et d'une ordonnance du tribunal de première instance de Bruxelles pour empêcher une grève du rail les 3 et 4 décembre dernier. La Justice estimait que la grève ne constitue qu'un droit subjectif, à mettre en balance avec d'autres intérêts .

Or, le jour du mariage de Philippe et Mathilde, la SNCB avait organisé une opération spéciale. L'interdiction de grève décidée par les tribunaux avait été assortie d'une astreinte de 100.000 F par gréviste.

Les usagers qui ont bénéficié des faveurs princières ont-ils failli rater leur train? Que nenni! répond le SIC. Le syndicat jure qu'il n'a jamais annoncé de grève pour le 4 décembre et qu'il a refusé, via la presse, de couvrir les auteurs d'éventuelles actions spontanées. Quant à la grève de la veille, le 3 décembre, le SIC l'avait annulée après avoir consulté sa base .

Le syndicat précise: La grève est l'arme ultime, à n'utiliser que lorsque toutes les autres possibilités de conciliation et de dialogue ont échoué . Il déplore qu'Etienne Schouppe ait toujours refusé le dialogue avec le SIC. Au contraire, dit-il, de sa ministre de tutelle, Isabelle Durant, qui a accepté de recevoir une délégation du SIC à son cabinet .Selon le syndicat indépendant, le procès-verbal de la réunion du 1er décembre révèle qu'Isabelle Durant a demandé à Etienne Schouppe de contacter le SIC pour permettre un retrait du préavis de grève. L'administrateur délégué n'a pas obtempéré. Il a préféré s'adresser à la justice, constate lesyndicat.

(D'après Belga).