LA LOUVIERE Un livre rappelle le «mai 67» vécu au coeur de la région du Centre La lutte pionnière des travailleurs d'Anglo-Germain

ZONEMBERG,FRANCOISE

Page 15

Lundi 11 mai 1998

LA LOUVIÈRE Un livre rappelle le «mai 67» vécu au coeur de la région du Centre La lutte pionnière des travailleurs d'Anglo-Germain

Il y a 30 ans, à la place de la zone commerciale de Cora-City, c'est une usine de matériel ferroviaire qui occupait le paysage. L'Anglo-Germain. Le symbole pour les anciens d'un combat exemplaire de ses travailleurs pour tenter d'éviter la fermeture du fleuron industriel du Centre. C'est là qu'avait été fabriquées la voiture «lit-salon» de la Reine Victoria et celle de l'Empereur d'Ethiopie Haïlé Sélassié.

Occupation d'usine rameutantdes télévisions de toute l'Europe - c'était la première action du genre -, manifestation ralliant 20.000 personnes à La Louvière, messe prononcée dans l'usine par l'abbé Monnom, solidarité de la population, visite du Premier ministre de l'époque Paul Van Den Boeynants: le conflit par son intensité et la détermination des 350 travailleurs à ne pas accepter d'être remisés comme du vulgaire outillage a marqué un tournant dans l'histoire sociale du pays. Pour moi, ce fut un combat exemplaire et payant à la fois , témoigne Jean Palmkoek dans le livre réalisé par la Régionale du Hainaut de la Fondation Joseph Jacqmotte en collaboration avec l'Amicale des anciens de l'Anglo-Germain. Exemplaire par la solidarité que nous avons vécue entre les travailleurs d'abord. (...) Payant parce que notre combat a amené des droits sociaux nouveaux, comme par exemple la prime de fermeture, puisque le droit a été étendu. Nous avons obtenu le reclassement du personnel; presque tout le monde a retrouvé un emploi. Enfin, notre lutte a été déterminante parce qu'elle a entraîné le début de la reconversion de la région du Centre par la création des zonings notamment.

C'est de cette époque effectivement que datent la création de la zoneindustrielle pétrochimique de Feluy, l'espace urbain commercial de Cora City.

UN ARRONDISSEMENT...

Dans le compromis qui amène les travailleurs à accepter de lever l'occupation, VDB garantit que le gouvernement commandera 1.800 wagons au lieu de 1.500 et que les Ateliers Belges Réunis ainsi que les Ateliers de Braine-le-Comte reprendront le personnel avec une garantie d'emploi d'un an. Une différence fondamentale par rapport au contexte actuel que cette assurance de retrouver du travail ailleurs. Même si d'aucuns ne manquent pas de souligner les similitudes existant entre l'épisode Anglo-Germain et les conflits actuels comme Clabecq ou Vilvorde. Ou plus proche encore, la restructuration qui menace le dernier fabricant de matériel ferroviaire présent dans la région, BN/Bombardier à Manage. On retrouve le même chantage des milieux patronaux pour décrocher des commandes, la même tendance des grands groupe à se désengager de l'industriel au profit d'activités financières, commente Marcel Couteau ancien délégué principal de la FGTB chez Anglo-Germain qui sera élu député communiste peu après l'occupation.

A l'époque, dans la classe politique on parle aussi déjà d'un arrondissement du Centre. Et du traitement différencié qu'il conviendrait d'accorder à la région victime de désindustrialisation. Le Centre et le Borinage doivent manifestement bénéficier d'une priorité sur l'action régionale car c'est dans ces deux régions que la situation paraît la plus alarmante, déclare ainsi en 1962 le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie devant le ministre Spinoy faisant allusion alors à une étude Socorex (!). Et de poursuivre: La constatation la plus grave est celle de la réduction absolue du niveau de vie moyen qui constitue pour le Centre et le Borinage, un cas unique en Belgique.

C'était il y a trente ans...?

FRANÇOISE ZONEMBERG

Le livre «L'Anglo-Germain: 1967. L'actualité d'une lutte qui a eu trente ans» est publié par l'imprimerie provinciale du Hainaut. L'ouvrage est en principe disponible dans les «bonnes» librairies de la province. En cas de difficultés: 064 -22.21.95.(Jean-Pierre Michiels) .