Nos élus fédéraux sont en colère

SCHARES,LUC; DRUEZ,NICOLAS; BURGRAFF,ERIC

Page 20

Mercredi 28 avril 2010

Politique Un sentiment général de gâchis face à la perspective d’élections

Paralysie totale au sommet de l’État. Mais grandes manœuvres dans les états-majors provinciaux des partis. Si la perspective des élections se confirme, en deux ou trois semaines, il faudra rebattre les cartes, recomposer des listes, gérer les psychodrames que provoque nécessairement la recherche du leadership. Particulièrement dans nos deux provinces où il y a aujourd’hui beaucoup plus de d’élus de sièges à pourvoir. Nombreux risquent leur place (lire ci-contre). Nombreux sont aussi ceux qui ont leur analyse de la situation. Tour d’horizon.

Namur

Georges Gilkinet (Écolo). « Depuis trois jours, la chute du gouvernement n’est plus une surprise. Par contre, le revirement de l’Open VLD était inattendu. J’ai le sentiment d’un fameux gâchis, provoqué par une stratégie de radicalisation. Les pensions, la fraude fiscale, la présidence belge, l’énergie, tous ces dossiers sont laissés en friche ».

Isabelle Tasiaux (CDH). « Je suis énervée, exaspérée, outrée. Mercredi soir encore, je pensais qu’un accord était possible. Le jeudi midi, l’Open VLD sortait du bois. Beaucoup de gens que je rencontre se disent heurtés. De nouvelles élections seraient une catastrophe, avec un évident durcissement des positions flamandes. Il faut les éviter à tout prix. »

Guy Milcamps (PS). « Je ne suis pas surpris, je ne me suis jamais fait d’illusion. La méthode Dehaene m’est apparue illusoire. C’est déplorable pour l’image de la Belgique, surtout avec la présidence européenne qui se profile. La situation ne va qu’empirer, aucune piste n’est en vue. Le pays est mal embarqué. »

David Clarinval (MR). « Cette chute gouvernementale, je ne l’espérais pas. Je pensais que la mission de Didier Reynders permettrait de gagner du temps. Il a rapidement abandonné car certains partenaires voulaient aller aux élections. Je suis inquiet. D’autant que des élections elles-mêmes, à BHV, pourraient être contestées juridiquement. »

Luxembourg

Cécile Thibaut (Écolo). « Si l’on veut bien regarder en face les préoccupations des gens, ces élections anticipées sont un véritable gâchis. J’ai honte par rapport à l’institution, à l’image de notre pays sur la scène européenne, aux investisseurs. Ce sentiment est d’autant plus fort qu’Écolo, pourtant dans l’opposition, a eu un comportement responsable ».

René Collin (CDH). « Je veux d’abord croire qu’on pourra retrouver un minimum de bon sens, pour éviter le vide du pouvoir. Des élections dans ce contexte juridique, et à quelques semaines de la présidence européenne, c’est une aberration. C’est la population qui est la première victime de ce scénario ! »

Philippe Courard (PS). « C’est un échec total et une erreur stratégique fondamentale de certains Flamands. L’élection est une mauvaise chose car la population ne croit plus en la politique. Les gens attendent avant tout qu’on s’occupe de leurs problèmes ! On doit se préparer à une longue période sans gouvernement. »

Dominique Tilmans (MR). « Éviter les élections reste notre priorité. Ce serait catastrophique pour notre pays. La responsabilité de la situation n’appartient en rien aux francophones. Je pense aussi que la presse a joué un mauvais rôle en mettant en avant les vilains canards. »

SI ON VOTE, ILS RISQUENT LEUR JOB

NAMUR

CDH. Pas simple de savoir ce qui va se tramer au CDH. La Gembloutoise Isabelle Tasiaux, députée sortante, n’a pas démérité et peut faire valoir 8.000 voix de préférence. Sauf qu’elle n’a pas la popularité de Maxime Prévot, élu à la chambre avant de préférer l’hémicycle wallon.

PS. Les socialistes peuvent miser sur deux élus. On voit bien Jean-Marc Delizée et Valérie Déom rempiler. Mais que Delizée fasse à nouveau partie d’un gouvernement, c’est plus aléatoire. Du coup, Guy Milcamps est sur la sellette. Cela ferait un élu du sud en moins. Quand à Mahoux, il est dans un fauteuil.

MR. Sabine Laruelle sera élue. Pas besoin d’une boule de cristal. La liste qu’elle avait menée avec François Bellot avait fait un carton. De plus, si un(e) Namurois(e) a des chances au gouvernement fédéral, c’est bien elle. L’incertitude est pour son suppléant, David Clarinval. C’est encore un élu du sud en balance. Reste une grande inconnue : Richard Fournaux et ses déboires judiciaires seront-ils de la partie ?

Écolo. A priori, aucun souci pour Georges Gilkinet qui a bien représenté les verts.

LUXEMBOURG

CDH. Folle ambiance en perspective chez les humanistes. Un : il faut déterminer une tête de liste. Le CDH pourrait préférer le futur président national Lutgen au tenant du titre Arens. Dans cette hypothèse il devra assurer – au Sénat ? – l’avenir de Josy Arens, lequel n’a certainement pas démérité. Deux : il faut rassurer André Bouchat, suppléant du ministre Lutgen à la Région. À l’issue du scrutin, ce dernier devrait en effet prendre la présidence du CDH et retrouver son poste de député wallon. À moins qu’il ne soit élu au fédéral.

PS. André Perpète devra-t-il prendre sa retraite plus tôt que prévu ? Philippe Courard, secrétaire d’État, est le seul représentant luxembourgeois au gouvernement fédéral. On le voit mal ne pas être candidat en ordre utile. Par ailleurs, s’il reprenait son poste de député régional, c’est sa suppléante Malika Sonnet qui démissionnerait.

MR. L’Arlonaise Carine Lecomte, élue surprise en 2007, a le plus à perdre dans cette aventure, car il sera sans doute difficile pour le MR de rééditer son score. Collard ? Tilmans ? On voit mal le parti priver ces deux ténors de leur siège à la Chambre et au Sénat.

Écolo. Cooptée au Sénat en septembre dernier, Cécile Thibaut rêve de transformer l’essai en visant un des quatre sièges luxembourgeois à la Chambre. Il faut pour cela que ses amis verts lui confient la tête de liste et que le parti obtienne au moins 16 % des voix.

le scrutin 2007

Namur.

Six élus directs à la Chambre : Sabine Laruelle et François Bellot pour le MR, Maxime Prévot pour le CDH (parti ensuite à la Région et remplacé par Isabelle Tasiaux), Georges Gilkinet pour Écolo, Valérie Déom et Jean-Marc Delizée pour le PS. Guy Milcamps remplace Delizée devenu secrétaire d’État et David Clarinval remplace Laruelle devenue ministre. Deux élus directs au Sénat : Philippe Mahoux (PS) et Richard Fournaux (MR).

Luxembourg.

Quatre élus directs à la Chambre : Josy Arens (CDH), André Perpète (PS), Philippe Collard et Carine Lecomte (MR). Une élue directe au Sénat : Dominique Tilmans (MR). Deux élus indirects au Sénat : Cécile Thibaut (Écolo, cooptée) et Dimitri Fourny (CDH, sénateur de communauté).