La piste attendra avant de s'allonger

RENETTE,ERIC

Mercredi 5 octobre 2005

Bierset Permis « retiré »

ÉRIC RENETTE

Dans un monde de l'aviation où on n'aime pas trop les retards, Bierset ajoute un nouvel écart avec le calendrier de ses aménagements. Il y a quelques semaines, l'auditeur du Conseil d'État ne pouvait pas être plus clair : le permis d'urbanisme autorisant l'allongement de la piste principale de l'aéroport liégeois devait être suspendu. En cause : la Région wallonne n'avait pas activé le processus de concertation prévu pour les dossiers d'aménagement du territoire avec sa voisine flamande. Sans attendre la décision finale du Conseil d'État, le ministre André Antoine, en charge du « développement territorial » wallon, vient lui-même de retirer le permis, révélait, hier, la RTBF Liège.

À la société de gestion de l'aéroport (SAB), on regrette bien sûr l'erreur de la Région qui a légitimé le recours au Conseil d'État et l'inévitable perte de temps qui va en découler. Mais on souligne que seul le permis concernant l'allongement de la piste a été retiré, les travaux d'aménagement de la zone Nord ayant pu débuter ce lundi (construction de nouveaux parkings pour avions). Et on remarque que le permis est retiré, le temps pour la Région wallonne de se mettre en conformité par rapport à la Région flamande en l'informant officiellement et en ouvrant le dialogue prescrit dans ce cas de figure. Si tout se déroule bien, cette procédure devrait permettre de reprendre ensuite son cours normal, sans devoir recommencer toutes les étapes préalables. Au mieux, donc, la délivrance du permis pourrait n'être retardée que de quelques mois. Par chance, les travaux (16,5 millions d'euros) qui devaient débuter en septembre n'avaient pas été adjugés, il ne devrait donc pas y avoir d'indemnités de dédommagement.

Un autre recours, introduit par les associations de riverains et par la commune flamande de Riemst, reste également pendant devant le Conseil d'État. Il se base sur d'autres arguments pour s'opposer à l'allongement de la piste. Ce recours, ou son petit frère, sera-t-il réactivé dès qu'un nouveau permis d'urbanisme sera octroyé ? Cette perspective risquant de se présenter en pleine période électorale pour le scrutin communal, il y a fort à parier que la réponse sera affirmative.

D'autres points d'interrogations subsistent sur le calendrier de l'aéroport liégeois. Notamment le problème de l'égouttage des eaux de ruissellement captées sur les pistes et aires de parking. Des négociations sont actuellement en cours avec les responsables des sociétés productrices d'eau. Enfin, c'est en janvier prochain que devraient débuter, théoriquement, les travaux d'aménagement de la nouvelle base militaire dont le déménagement est nécessaire à la promotion des terrains bordant les pistes. Pour ceux-ci, au moins, on devrait pouvoir compter sur la légendaire ponctualité militaire.