La Poste, pas facile pour tout le monde

FIFI,VINCENT

Page 23

Vendredi 13 novembre 2009

Ittre Accessibilité des bâtiments publics

Les membres du conseil communal d’Ittre ont récemment invité l’ensemble des présidents des commissions consultatives à faire le point sur les actions entreprises depuis un an, les projets, les grandes réussites et les éventuels échecs. Du côté du conseil consultatif de la mobilité réduite, c’est un bilan en demi-teinte qui a été dressé.

Notamment parce que pour l’instant, pour les citoyens qui se déplacent en fauteuil roulant, il n’est plus possible de se rendre à la Poste dans la commune. Tant le Point-Poste d’Ittre que le bureau de Virginal sont inaccessibles aux personnes à mobilité réduite. Déjà interpellé sur cette question, le collège s’est tourné vers la Poste. Laquelle a rappelé que les bâtiments ne lui appartenaient pas…

« Nous nous sommes heurtés à une fin de non-recevoir, a regretté publiquement le bourgmestre Axel François (Ittre Plus). Nous avons écrit un deuxième courrier, réitérant notre demande. Mais c’est un peu le combat de David contre Goliath. On voulait aussi garder un bureau de Poste à Ittre, mais on l’a perdu. Je le déplore… »

L’échevin Claude Debrulle (PA) constate, lui, que le fait de ne plus disposer que d’un Point-Poste à Ittre est un vrai souci. Le privé qui le gère n’est évidemment pas en cause. Mais quand il prend ses vacances, par exemple, il faut aller chercher les recommandés à Virginal. Ce n’est pas évident pour tout le monde…

En ce qui concerne l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, la commune ne peut évidemment pas exiger du particulier qui gère ce Point-Poste de réaliser des travaux. Et qu’un pouvoir public le fasse nécessite son accord… et poserait à l’évidence quelques soucis.

Reste la solution d’aménager une rampe à Virginal, puisque le bâtiment où est installée la Poste est communal. Le collège l’envisage et a même lancé un appel aux entreprises pour réaliser deux rampes : à la Poste et au CPAS. Dans un premier temps, aucune offre n’est rentrée. La commune a relancé une entreprise, qui a remis un prix : 22.000 euros !

La commune fera donc réaliser ce travail par ses propres services.