La queue de cheval de Jeanne

COUVREUR,DANIEL

Page 40

Vendredi 7 octobre 2011

Bande dessinée Le tome 4 de l’Age d’or de Lagaffe est dès aujourd’hui en librairie

Quand je pense que dans la plupart des bureaux, il y a des gens qui ne se supportent pas et qui doivent se côtoyer tous les jours. » Cette réflexion pousse Franquin à s’aventurer plus loin dans la satire de la vie de bureau. Gaston va apporter le remède poétique à l’autorité brutale.

Au début des années 1960, son gag hebdomadaire en première page de Spirou l’épuise. Il menace de se mettre en grève contre son auteur. La pression devient trop forte. Il envisage d’aller « travailler pour un autre journal ». C’est fatigant d’être « la star du journal ». A ce rythme-là, dit-il, Spirou « finira par s’appeler Gaston » ! Lagaffe est à l’image de son créateur, un modeste qui fuit les photographes et la gloire personnelle. En 1962, pour lui éviter d’avoir à porter seul la série à bout de bras, Franquin introduit de nouveaux personnages. M. Boulier, le chef de la comptabilité, découvre qu’il reste beaucoup à apprendre à cet employé « sans manières ». Lagaffe joue son premier combat naval téléphonique avec Jules-de-chez-Smith-en-face. A la rédaction, Prunelle et Lebrac débutent par une leçon de philosophie sur les talents de chasseur de mouches de Fantasio. Mademoiselle Jeanne se faufile dans le costume de centaure de Gaston. Franquin l’a dessinée sur le modèle de la secrétaire du rédacteur en chef de Spirou, une bombe rousse célèbre pour ses « HiHiHiHi », à une époque où les publications pour la jeunesse

diabolisent encore les créatures féminines.

Franquin profite aussi de la liberté d’esprit de Gaston pour bousculer les codes de la bande dessinée. L’artiste invente la tendresse dans ce gag émouvant où, lorsque Spirou murmure à l’oreille de Gaston endormi le nom de Fantasio, il sourit dans son sommeil. Le dessinateur découpe un gag à la lumière clignotante d’une guirlande de Noël, en plongeant une case sur deux dans le noir. Il ébauche aussi son premier monstre franquinien, le Sloup Touut, un drôle d’oiseau proche de l’esthétique du cartoon.

Gaston incarne le renouveau créatif de l’Ecole belge de la bande dessinée. A l’automne 1963, il frappe un grand coup pour les 25 ans du journal Spirou en arrachant la signature de M. De Mesmaeker. Mais au dernier moment, Franquin remplace les contrats par les textes de la Chronique sportive. Lagaffe passe pour un « grrmmbbllidiot grmblstupide ». Or il vient de sauver la raison d’être de M. De Mesmaeker.