LA REGION DE CHARLEROI MULTIPLIE LES INITIATIVES SOCIALES, L'AIDE EUROPEENNE AUX HANDICAPES

ALBIN,DIDIER

Page 28

Samedi 29 avril 1995

La région de Charleroi multiplie les initiatives sociales

L'aide européenne aux handicapés

Sur le plan institutionnel, la politique d'intégration de la personne handicapée n'est pas le domaine de l'action sociale le moins complexe. Du ressort de deux administrations et de deux pouvoirs politiques distincts, la matière deviendra plus facile à gérer lorsque le décret de rationalisation adopté par la Région wallonne entrera en application. Il prévoit de refondre en un tout le Fonds communautaire d'intégration sociale et professionnelle des handicapés d'une part, celui de soins médico-socio-pédagogiques, aussi appelé « fonds 81» de l'autre. Selon les accords faisant de Charleroi la capitale sociale de la Wallonie, l'organisme «mutant» devrait y installer ses bureaux.

Ce n'est pas ça qui remettra en question les subventions et les programmes européens en cours. Chargé du reclassement des handicapés, plus spécifiquement de leur orientation, formation et remise au travail, sans parler de l'attribution de certaines aides facilitant leur insertion, le fonds communautaire s'intègre en effet dans un inextricable écheveau de réseaux européens. Outre le programme Hélios, on lui connaît des participations aux travaux de mise sur pied du système informatique Handynet, une banque de données à l'intention des moins valides.

Depuis 1989, des actions de formation professionnelle sont menées avec le concours d'autres programmes européens, au sein de ses centres spécialisés ou directement chez les employeurs. D'autre part, sous l'impulsion d'Objectif 1 Hainaut, l'institution peut désormais sortir des sentiers battus avec des initiatives encore plus novatrices, comme le rappelle l'administrateur général Georges Rovillard. C'est ainsi qu'a débuté à Charleroi une formation d'éco-cantonniers et que se développe un projet de « socialisation» via le canal des télévisions communautaires.

Plus prosaïquement, les incitants à l'emploi ont été augmentés, notamment dans le secteur public. Émarger aux budgets d'Objectif 1 a surtout l'avantage d'ouvrir le champs des actions possibles. Le fonds communautaire peut par exemple s'essayer à la recherche, ce qu'il fait dans le secteur de l'économie sociale où l'on voudrait inventer de nouvelles entreprises qui ne soient pas en concurrence avec les ateliers protégés. Parmi ses actions les plus pointues figure la formation des « conseillers en insertion» dans le cadre du programme Horizon.

Pourtant, c'est au cours de cette année que l'expansion sera la plus remarquable. Au profit de 1.640 bénéficiaires, 680 millions seront investis dans des opérations de requalification professionnelle et de remise au travail.

Nous nous engagerons résolument dans l'expérimentation d'idées clés détectées aux travers des travaux transnationaux d'échange, annonce Georges Rovillard. Il s'agira de formations et de création d'emploi dans des filières économiques nouvelles, comme la préservation du patrimoine. Le concours de divers programmes européens est d'ores et déjà sollicité. La précision est importante dans ce domaine de l'action sociale où les subsides s'acquièrent aussi chèrement que les progrès.

ALB