La SNCB déboutée au Conseil d’Etat

MATRICHE,JOEL

Page 18

Mercredi 24 octobre 2012

Urbanisme Le permis de la tour des Finances, aux Guillemins, n’est pas suspendu

La construction d’une tour de 27 étages à 400 mètres de la gare des Guillemins ne nuira pas à la visibilité de cette dernière et ne cause pas un préjudice grave à la SNCB-Holding, a tranché le Conseil d’Etat. Donnant ainsi implicitement à Fedimmo son feu vert pour la poursuite du chantier.

En cause : la construction d’une tour de 118 mètres de haut au bout de la rue de Fragnée pour accueillir les 1.268 fonctionnaires du SPF Finances. En février 2012, après maintes tergiversations, un arrêté ministériel accordait le permis unique autorisant le début des travaux : la démolition de deux anciens bâtiments des Finances situés rue Paradis et leur remplacement par un immeuble de 27 étages avec trois niveaux de parking. Deux recours avaient été introduits contre ce permis : le premier par une poignée de riverains craignant que ce mastodonte de béton, de verre et d’acier leur confisque tout ensoleillement, le second par la SNCB, convaincue que cette même tour ne peut que défigurer le quartier et – métaphoriquement, cette fois – faire de l’ombre à l’ouvrage de Calatrava. Si les riverains, indemnisés au mois d’août par Fedimmo, ont abandonné l’idée même d’une procédure en justice, la SNCB a, elle, maintenu son recours et choisi de croiser le fer devant le conseil d’Etat. Lequel vient donc de lui donner tort. « La Conseil a suivi l’avis de l’auditeur, selon lequel aucun des moyens sérieux n’est soulevé et il n’y a pas de préjudice grave », résume Me Patrick Henry, un des conseils de la Ville de Liège qui, avec Fedimmo, s’opposait à la SNCB.

Plus précisément pour les magistrats bruxellois, rien ne démontre que l’érection de la tour nuirait à la mission de la SNCB qui est de « construire des gares et leurs dépendances en dotant celles-ci d’une forte visibilité. » La SNCB a maintenant un mois pour décider si elle veut poursuivre l’autre recours, celui en annulation.

Ses responsables n’ont pu être joints mardi, pas plus que la porte-parole de Fedimmo.