La SNCB et la Ville de Liège ne sont pas pressées de s’entendre

BODEUX,PHILIPPE

Page 22

Mardi 19 juin 2012

En « off » et sans dévoiler de noms, ils seraient des dizaines d’investisseurs privés à lorgner sur le quartier des Guillemins. Hôtels, bureaux, logements : les autorités liégeoises n’auraient que l’embarras du choix pour le développement immobilier du quartier, près de trois ans après l’inauguration de la gare.

Du choix… vraiment ? Propriétaire des espaces constructibles devant la gare Calatrava, la SNCB et la Ville de Liège peinent – et c’est un euphémisme – à s’entendre. La SNCB devait rallier le « véhicule immobilier » (la Société de développement de Liège Guillemins) et y apporter ses terrains, comme l’a fait la Ville. Puis, ensemble, ils devaient lancer des appels à promotion. Or, la SNCB demeure à l’écart, le mécanisme de développement reste en rade. Ce qui relativise quelque peu l’intérêt privé dont ferait l’objet le quartier des Guillemins. Pour l’instant, les seuls frémissements concerneraient la transformation d’immeubles situés place des Guillemins, devant l’ancienne gare et rue du Paradis. Selon l’échevin de l’Urbanisme Michel Firket, plusieurs investisseurs seraient à l’œuvre pour rassembler les propriétés et proposer un développement d’envergure.

Par contre, les projets publics commencent à sortir de terre. La future Tour des Finances est en chantier depuis deux mois et ce, en dépit des recours déposés au Conseil d’État par des riverains et… la SNCB qui s’insurge contre la hauteur de la tour (118 m). Le promoteur de la tour – la société Fedimmo – dispose également d’un certificat d’urbanisme pour construire, à côté de la tour, plusieurs ensembles mêlant logements et bureaux. Il a, pour charge d’urbanisme, l’obligation de démolir la Cité des Finances actuelle et d’y aménager une esplanade où passera, d’ici 2017, le tram.

De son côté, la SNCB s’apprête à déposer une demande de permis pour un ensemble de bureaux de 60.000m2 rue du Plan incliné où elle possède un vaste ensemble d’entrepôts. L’immeuble est dessiné par… Calatrava. Des sociétés publiques comme l’intercommunale Tecteo sont pressenties pour être les premiers locataires. Projet public toujours, avec la construction d’un centre du design et un ensemble de 15 logements sur un terrain de la Ville et, grâce aux fonds européens.