LA "VIDEO-ESPION" DU JALOUX A AUSSI FILME SON DOUBLE CRIME UNE CAMERA CACHEE ASSISTAIT AU DRAME D'HERSTAL

RENETTE,ERIC

Page 21

Samedi 10 juillet 1993

La «vidéo-espion» du jaloux a aussi filmé son double crime

Une caméra cachée assistait au drame d'Herstal

La reconstitution, jeudi à Herstal (région liégeoise), du double crime de la nuit du 18 au 19 mai dernier, a permis d'en apprendre plus sur les circonstances du drame et, surtout, sur le meutrier présumé.

Ainsi, comme le révèle l'enquête, Claude Fairon, l'électricien de 39 ans qui a avoué avoir égorgé sa compagne (Yvonne Dohogne, 41 ans) et la fille de celle-ci (Carine Mendes, 13 ans), avait installé un véritable système de surveillance vidéo dans la maison qu'ils occupaient rue Haute Préalle. Comble de l'horreur, mais preuve supplémentaire, le déroulement du drame a été enregistré, s'arrêtant quelques secondes avant le meurtre quand Claude Fairon arrache un lustre, de rage, et fait sauter les plombs.

Auparavant, pendant près d'un quart d'heure, une des trois caméras, reliées à autant de magnétoscopes et installées par Fairon pour surveiller sa compagne en qui il n'a pas confiance, enregistre tout, image et son. Au début, on y entend, plus qu'on ne voit, parce que la caméra est mal orientée, la dispute qui éclate entre Fairon et le frère d'Yvonne Dohogne qui passait la soirée à Herstal et qui s'était assoupi. Sérieusement malmené, celui-ci fuira et reviendra un peu plus tard, avec la police, pour découvrir le carnage.

Entretemps, la bande vidéo a filmé l'horreur: les coups sur Yvonne, les menaces, les cris, la peur de la mère et de la fille, la colère de Fairon, la scène de jalousie qui tourne au drame.

Après avoir rétabli le courant, Fairon tue, très vite. Armé d'un couteau de cuisine, il tranche la gorge de sa compagne, sous les yeux de sa fille qui subit ensuite le même sort. Après, il monte à l'étage, dans son bureau, où il s'entaille les veines. C'est là que les policiers le trouvent, vivant: sa violence destructrice s'est affaiblie face à son propre sort. Les psychiatres devront expliquer...

E. R.