LE "1,2 MILLIARD" BIENTOT DANS LA CAISSE COMMUNAUTAIRE

CLAEYS,JANINE

Page 3

Samedi 11 mai 1996

Le «1,2 milliard» bientôt

dans la caisse communautaire

Vendredi, à la Cocof (l'assemblée des élus francophones de Bruxelles), les députés bruxellois Denis Grimberghs (PSC) et André Drouart (Ecolo) ont interrogé Hervé Hasquin, président du Collège, sur la fameuse affaire du 1,2 milliard dont aurait été spoliée la Communauté française au bénéfice de la Région wallonne et de la Cocof. Peu nombreux, sans doute, étaient les parlementaires capables de suivre Grimberghs et Drouart dans les méandres des mécanismes de calcul des aides financières bruxelloise et wallonne à la Communauté.

Que retenir du débat ? Tout d'abord, sans doute, que l'ommission s'est faite sans volonté de rouler la Communauté.

Qu'ensuite, une fois que Denis Grimberghs a levé le lapin et qu'il en a obtenu confirmation par la Cour des comptes, personne ne s'est pressé à réparer «l'erreur». A la Cocof, d'aucuns imputent ces retards à Jean-Claude Van Cauwenberghe, le grand argentier de la Communauté et de la Région wallonne. Sa fibre régionaliste est mise en cause. D'autres, Bruxellois toujours, mettent en cause le manque d'enthousiasme d'Hervé Hasquin. Le ministre PRL-FDF est dans la majorité à Bruxelles et dans l'opposition à la Communauté française.

Mauvaises langues, à entendre le ministre bruxellois. Hasquin a souligné la difficulté de répartir la somme entre la Région wallonne et la Cocof. Soit quelque 900 millions à charge de la Wallonie et 270 millions en provenance de la Cocof. Délicat à dégager en plein exercice, sur un budget total de 8 milliards... Certains, comme Françoise Dupuis (PS), craignent des coupes sombres dans les dépenses sociales.

Si, d'aventure, la Cocof faisait appel à la solidarité de la Région bruxelloise, il en découlerait une dépense complémentaire de quelques dizaines de millions au profit des Bruxellois flamands.

Le ministre a assuré que des discussions sont en cours entre la Cocof, la Communauté française et la Région wallonne, et que lui-même ainsi que M. Van Cauwenberghe ont décidé de respecter l'avis de la Cour des comptes. Un groupe de travail réunissant les entités fédérées concernées sera mis en place.

Ce groupe, a précisé Hervé Hasquin, sera chargé d'étudier les modalités pratiques de mise en oeuvre du mécanisme d'adaptation retenu par la Cour des comptes, afin de restaurer, dans les faits, la volonté initiale du législateur. J'attends ses conclusions pour la fin du mois de mai.

Et de préciser encore l'idée qu'il a eue avec son collègue wallon de réaliser un plan jusqu'en 1999, précisant la répartition des sommes entre la Communauté française, la Région wallonne et la Cocof.

J. Cl.