LE BUDGET 1996 DE LA RTBF ADOPTE LE PLAN HORIZON 97 SERA RESPECTE POINT PAR POINT

SIMON,CHRISTINE

Page 3

Mardi 19 décembre 1995

Le budget 1996 de la RTBF adopté

Le plan Horizon 97

sera respecté point par point

Pas de surprise ! Les administrateurs de la RTBF ont adopté lundi comme un seul homme le budget 96 de la radio-télévision de service public, présenté par l'administrateur général Jean-Louis Stalport. Le seul bémol a été enrégistré par l'abstention du représentant Écolo. Le budget 96 est bien en ligne avec le plan d'économies «Horizon 97» : un déficit de 260 millions de francs (contre 274 inscrits dans le plan) est prévu. Nous respectons le plan sans toucher à la productivité de la RTBF, a commenté Jean-Louis Stalport, précisant que l'équilibre budgétaire serait atteint fin 1997.

En 1996, certaines économies seront réalisées. Mais elles ne toucheront pas aux émissions ! Seul tour de vis : 22 millions de moins pour couvrir les Jeux olympiques d'Atlanta. C'est mon prédécesseur qui avait signé les droits de retransmission des Jeux olympiques et de la Coupe d'Europe de football avec l'Union européenne de radio-télévision (UER). Au total, la retransmission des images des deux événéments nous sera facturée 125 millions dont 75 pour les Jeux olympiques. Nous avons décidé de rogner sur la couverture de ces derniers, limitant à 50 millions les frais de fabrication. Cela dit, j'ai déjà averti l'UER que la RTBF n'achèterait plus les droits pour couvrir les Jeux olympiques de Sydney en 2000. Il y a une incroyable inflation des droits et la RTBF se trouve dans l'impossibilité de suivre cette augmentation substantielle...

Le représentant Écolo estimait, pour sa part, que les 14 millions «gagnés» par rapport au plan pourraient être utilisés au lancement de la grille télévisée le midi. Chère à l'administrateur général, l'idée de JT et d'émissions le midi n'est toutefois pas abandonnée : la Région wallonne devrait financer partiellement le projet...

Par ailleurs, est également inscrite au budget 96 une recette de plusieurs dizaines de millions provenant de la nouvelle clé de répartition du système TVB... qui doit encore être négociée. Ce mécanisme qui répartit l'argent de la publicité entre la RTBF et RTL-TVI, selon la clé 25-75, serait modifié et la nouvelle clé (27-73 ou 28- 72) permettrait au service public de recevoir 86 millions de plus.

Enfin, une centaine de millions provenant du fonds de pension constitue, elle aussi, une recette nouvelle. Les calculs actuariels ont montré que subsistait une couverture excédentaire du fonds de pension de l'institution. Cet élément du budget doit encore être discuté avec les syndicats. Signalons, enfin, que certains postes inscrits dans le Plan Horizon 97 ne seront sans doute jamais réalisés. Exemple : la vente d'un terrain derrière Reyers (estimé à 500 millions alors qu'il est invendable).

Quant aux nominations aux différents mandats, elles interviendront, sur proposition de l'administrateur général, lors du conseil d'administration le 8 janvier.

Il s'agit d'une exécution d'un accord pris en 1990, indique Jean-Louis Stalport, en réponse à la vague de protestation qui a agité, la semaine dernière, les rédactions. Dix-huit postes seront ouverts à mandats, à savoir les directeurs de l'information, des sports, de la radio et de la télévision, les directeurs régionaux, les chefs de rédaction et les rédacteurs en chef (JP, JT et centres régionaux), dit encore l'administrateur général.

Le 22 janvier, enfin, les administrateurs examineront l'avant-projet de statut de la RTBF. Le projet qui serait adopté mercredi par le gouvernement de la Communauté française limiterait quelque peu les pouvoirs de l'administrateur général. Non par rapport à ce qui existe aujourd'hui, mais par rapport aux derniers textes qui ont circulé. On peut désormais y lire que «sur proposition de l'administrateur délégué, le conseil d'administration nomme les directeurs généraux, directeurs... ». Pas question de désigner tout seul mes adjoints, jure Stalport.

CHRISTINE SIMON